NeïmanCoup de cœur de cette fin d’année, le tube « Ton sourire » de Neïman. Pour la sortie de son nouveau tube Neïman, nous a accordé une interview Dé mo, kat pawol.

Avant de débuter et d’entrer dans le vif du sujet de notre interview « dé mo – kat pawol », pourrais tu te présenter et nous faire part de ton univers, pour ceux qui ne te connaisse pas ?
Bonjour, moi c’est Neïman auteur compositeur interprète originaire de Guyane… Ça fait plus de 15 ans que je fais de la musique et depuis 2007 plus sérieusement. Ma carrière a démarré par mon feat avec Shy’m sur femme de couleur, le single s’est vendu à plus de 250 000 exemplaires et ça m’a ouvert beaucoup de portes. De là, mon premier single « Lovely » devient #1 des clubs en « indé », Sony me contacte et me proposer un contrat. Et la tout s’enchaîne très vite: clip à Miami, le son bombardé en TV et radios. Depuis, je taff le son et je progresse petit à petit: le single viens en 2008 a un gros airplay radio, en 2009 Fais moi danser obtient le même succès, en 2010 et 2011 je privilégie l’étranger avec une tournée en Amérique du sud et au canada et la sortie d’un nouvel album qui est passé inaperçu en France j’dois le dire.

Neïman, tu es guyanais, tu as vécu en Hollande, tu es polyglote, tu es vraiment un artiste atypique de la scène Afro-Caraïbéenne. Quelles sont tes références musicales  ?
Elles sont nombreuses, déjà tous les artistes légendaires qui viennent de chez nous: je pense surtout aux jamaïcains Bob Marley, Morgan Heritage, SIzzla… Ensuite tous nos artistes locaux qui ont fait des carrières remarquables. Pour terminer ma mère écoutait beaucoup de soul afro américaine de l’époque Motown ou Stax et j’ai grandi avec toutes ces voix de velours ds la tête.

Tu as débuté ta carrière en 2004, avec le collectif R-Jam, pourrais tu nous raconter cette rencontre et comment passe t’on de l’ombre à la lumière ?
R Jam m’a pas vraiment fait décoller en fait. Ça m’a permis d’avoir ma place dans les classements radio et clubs en France et en Espagne. Le titre qui m’a vraiment ouvert les portes c’est le featuring avec Shy’m dont je te parfais tout à l’heure.

NeïmanNeïman, tu viens de sortir un nouveau single « Ton sourire », trois ans après ton dernier single « Viens ».
Pour nos lecteurs, pourrais tu nous donner les clefs de ton inspiration ?

Tous mes morceaux viennent d’histoires vraies, ton sourire raconte la peine d’un homme loin d’une femme et le manque de son absence. Pour ce qui est du reste, je travaille à la vibe, je n’écris jamais et quand j’entre en studio je ne sais jamais c’que j’v faire. J’ai écouté la combo, j’ai été pris d’un truc et quand g branché le micro ça a donné « Ton Sourire ».

Pourquoi autant de temps entre tes tubes, dans une société comme la notre, qui vie et bouge en mode accéléré ?
En fait, il s’est pas passé autant de temps, entre temps il y a eu le single  » Fais moi danser  » qui a eu un gros airplay radio en France et ensuite j’étais beaucoup en tournée un peu partout dans le monde et j’ai privilégié d’autres zones du monde qui étaient en demande. Mais je n’oublie pas ma base de fans et « Ton sourire » leur est aussi indirectement adressé.

Neïman, tu es un artiste moderne-traditionnel car tu met en valeur ton art et ta culture Bushinengué en interprétant certains titres en Taki Taki. Penses tu que la musique Afro-Caraïbéenne puisse trouver un nouvel essor dans ses racines ?
Absolument, la musique caribéenne est riche et variée. C’est un mélange d’histoire, de culture et d’amour le tout mélangé à un esprit festif. Que de bonnes vibrations. La musique caribéenne va gagner de plus en plus de place dans les années à venir la preuve en est le plus gros succès de l’album de Rihanna a était son titre carribean « Man Down »

NeïmanEn tant que jeune artiste, à ton niveau, que penses tu du téléchargement légal ? Et dans une autre mesure, du piratage des œuvres musicales ?
Ça ne me dérange pas. C’est vrai qu’aujourd’hui on vend moins de disques mais grâce à internet la musique fait le tour du monde à une vitesse et aujourd’hui un artiste peut vivre confortablement de ses tournées et de ses droits d’auteurs. C’est plus dérangeant pour les maisons de disques qui voient leur profit diminuer.

Avant de refermer cette interview, veux tu dire un mot à nos lecteurs ?
Merci à toi de m’accorder un peu de place, merci à tous ceux qui me suivent… ma musique m’a déjà emmené très loin et j’espère que ça continuera encore longtemps. Love and Unity.