↑ Retour à Villes et Bourgs

Goyave

Blason GoyaveLe nom de Goyave lui vient de la Petite Rivière à Goyaves qui traverse la commune et où poussaient autrefois de nombreux goyaviers.
Mais la fête de cette commune est célébrée le jour de la Ste Anne patronne de la paroisse qui fut fondée en 1684.
Dès le début de la colonisation on y cultiva la canne à sucre. Le bourg fut construit sur les terres marécageuses qui bordent l’Atlantique.
La forêt tropicale humide, dans les hauteurs, abrite de très beaux sites naturels comme les chutes de Moreau ou le saut de Bras de Fort (photo).
En 1780, la petite commune de Goyave comptait pas moins de 10 habitations sucrières. Pendant la Révolution, elle vécut une période de troubles, avec notamment l’exécution publique d’un esclave sur l’habitation La Rose.
Il s’ensuivit mise sous séquestre des exploitations et fuite des planteurs.
En 1802, le bourg et l’église furent incendiés lors de la révolte noire pour le maintien des libertés. Goyave passa alors sous la dépendance de Petit-Bourg et y resta jusqu’en 1827.
En 1847 le maire Goyave est Jean-Baptiste James (Grand-père du poète Francis James).
A cause de la violence des luttes engagées, il reste peu de traces du passé sucrier de cette petite commune.
La dernière distillerie, Forte-île, qui produisait un rhum exceptionnel dut fermer ses portes dans les années 1970. Aujourd’hui on y cultive la banane, et la population s’y est accrue à un rythme soutenu ces dernières années, du fait de sa relative proximité des grands centres commerciaux.

Selon l’INSEE, la population de Goyave, au 1 Janvier 2010, était de 8 065 habitants.

Code Postal : 97126

A voir, A faire :

les Chutes Moreau
La marche dure près de 3 heures, avec plusieurs traversée de rivière dont les eaux montent très rapidement en cas de pluie. Les espèces florales les plus intéressantes du parc national sont réunies tout le long de ce parcours qui vous mène directement au pied de la Cascade aux Écrevisses.

le Jardin d’eau, la Pépinière de Blonzac
De son enfance haute en couleurs en Afrique, Christiane Berthelot de Kermadec a gardé un certain attrait pour la magie, une joie un peu mystique des contes et du fantastique. Son jardin d’eau, temple d’une sirène légendaire, est un bonheur de promenade.

Tel. : 05.90.95.59.37

la Plage de Sainte Claire

le Saut du Bras du Fort

P U B L I C I T E