↑ Retour à Guadeloupe

l’Histoire de la Guadeloupe

V millénaire av. JC
Migration de groupes de Méso-indiens venant du Vénézuela et de Trinidad vers les Petites Antilles.

II millénaire av. JC
Émergence dans le bassin de l’Orénoque, de nouveaux groupe néo-indiens; dont la tradition agricole était fondée sur la culture des tubercules (manioc). Avec eux, sont également apparu les céramiques saladoïdes. la cultrure matériel de ces nouveaux groupes fut subdivisés. Le plus ancien type, le ronquinan saladoïde est apparu dans la région du moyen Orénoque.

entre – 2400 et – 1900 av. JC
Installation de méso-indien à Norman Estate sur l’île de Saint-Martin. C’est le plus ancien site de l’archipel guadeloupéen.

Ier millénaire av. JC
Sur les côtes orientales du Vénézuela jusque sur les côte de l’actuel Guyane, le style cedrosan saladoïde se différencie progressivement.
Dans les derniers siècles avant l’ère chrétienne, ces horticulteurs ont gagnés les îles de l’arc antillais.
Dans le Nord des Petites Antilles, ont été découverte des céramiques huecan saladoïde (site Morel, Folle Anse, sur la côte Atlantique de la Grande-Terre en Guadeloupe) datés entre 300 av JC et 300 ap JC. La coexistence des deux styles dans leur contemporanéité, amène les Archéologues à penser qu’elle s’explique par une différence de fonction symbolique et religieuse dans un même groupe.

à partir du IVème siècle
La culture cedrosan saladoïde fut affectée par de nouvelles influences vénézuéliennes, barrancoïdes. On ne trouve des trace de cette culture que sur les îles au Vent, et elle ne semblent pas avoir dépassée la Guadeloupe. L’influence barrancoïdes, a donné à la culture saladoïde sa phase « baroque » se distinguant par ses décorations modelées et incisées très élaborées. Les archéologues selon leurs estimations, datent cette période d’influence entre l’an 300 et 500.

à partir du Vème siècle
La phase terminale du cedrosan saladoïde, a vu une simplification des formes des poteries. Alors qu’apparaissaient les peintures polychromes et le développement de la complexité du dessin. Les Sites se rapportant à cette période sont pour les petites Antilles Anse à l’Eau et Anse à la Gourde en Grande-Terre, la Rivière de Baillif en Basse-Terre mais également Talisseronde à Marie-Galante. Les roches gravées de Trois-Rivières appartiennent également à cette période.
Les archéologues selon leurs estimations, datent la phase terminale du cedrosan saladoïde entre l’an 400 et 700.
Les poteries du saladoïde terminal sont restés ancrées dans les îles Sous-le-vent jusque vers l’an 850.

à partir du VIIème siècle
Les habitats se multiplièrent entrainant l’effritement de l’apparente unité de la caraïbe orientale. Cuba, Hispaniola et la Jamaïque ont vu se développer la culture ostionoïde subdivisé géographiquement par les ostionan à Hisponiola et les meillacan à Cuba et en Jamaïque, ainsi que les elenan à Porto-Rico et dans les Îles Vierges. Les archéologues estiment cette période entre le VII et VIIIème siècle.
Cette période a vu également apparaître des éléments de transition du saladoïde, comme la peinture polychrome et la grande variété morphologique des récipients. Les archéologues selon leurs estimations, datent l’apparition de ces éléments, entre le VII et le IXème siècle.

à partir du VIIème siècle
Au Nord, dans les îles au Vent, début de la colonisation de Cuba, Hispaniola, la Jamaïque, Porto-Rico et les Îles Vierges par des peuples horticulteurs.
Les cultures céramiques des îles au Vent sont rattachées au mamoran troumassoïde
Au Sud, dans les îles Sous-le-Vent (Martinique…), la culture troumassan troumassoïde a progressivement remplacé le cedrosan saladoïde, et ce jusqu’en 1200. C’est le déclin de la technologie céramique dans les îles sous le vent, les poteries devienne de moindre qualités.
On note par ailleurs à cette période, une étape importante de l’histoire Caraïbéenne, marquée par un phénomène d’insularisation. Les descendants des groupes saladoïdes ont développé des cultures insulaires Antillaises au sein desquelles l’île de Porto-Rico a joué un rôle décisif.

à partir du Ier millénaire ap. JC
La culture chican ostionoïde a remplacé les autres cultures dans les grandes Antilles, jusqu’à l’arrivée des européens. Elle est apparue à Hispaniola et s’est répandue aussi bien vers l’ouest, sur Haïti, Cuba et la Jamaïque, que vers l’est sur porto-Rico et les îles Vierges.
Les sociétés d’horticulteurs ont vu l’émergence de véritable hiérarchies, prélude aux chefferies Taïnos.

à partir du XIIème siècle
La culture chican ostionoïde s’est épanouie dans les grandes Antilles. Elle correspond aux sociétés dénommées « Taïnos » par les Européens. Les archéologues estiment cette période entre le XII et le XVème siècle.

vers le XIIIème siècle
Expansion des cacicats Taïnos, vers les petites Antilles.
Parallèlement, la culture suazan troumassoïde, attribuée aux Callinagos, occupait les îles Sous-le-Vent.
Académie de la Guadeloupe, le site

1440
Implantation d’un site amérindien au morne Cybèle, sur l’île de la Désirade.
Les archéologues ont pu dater cette colonisation tardive grâce à la découverte d’un mobilier en céramique. Néanmoins la datation doit être perçue avec une marge de +20ans (1440-1460).

le 8 Janvier 1455
Le pape Nicolas V délivra la bulle Romanus Pontifex au Roi Alfonso V du Portugal. Cette bulle concéda au roi la faculté pleine et entière d’attaquer, conquérir et de réduire tous les Sarrasins, païens et autres ennemis du Christ en servitude perpétuelle.

le 12 Octobre 1492
Premier voyage de Christophe Colomb.
Après deux longs mois de mer, les trois caravelles la Niña, la Pinta et la Santa Maria, accostèrent sur l’île de Guanahani dans les Bahamas actuelles.
Le navigateur génois, Christophe Colomb et ses hommes, découvrirent ce qu’ils croyaient être les Indes. Il prit possession de l’île, au nom des rois catholiques espagnols. Christophe Colomb baptisa l’île du nom de San Salvador.

le 28 Octobre 1492
Christophe Colomb découvre Cuba et en prend possession au nom de l’Espagne et la baptise « Jeanne » en honneur du prince Jean.

le 3 Novembre 1493
Lors de son deuxième voyage à la recherche de la route menant au grand Khan (grand empereur d’Asie).
Christophe COLOMB aborde les côtes de l’île de la Désirade, « la Deseada », puis celles de Marie-Galante et, pour finir par celles de la Guadeloupe.
Il accosta selon certains historiens, au sud-est de l’île, au alentour de Sainte-Marie à Capesterre Belle-Eaux.
Il baptisa l’île, « Guadeloupe », en souvenir du nom d’un monastère espagnol d’Estrémadure.

1496
Christophe Colomb, revint en Guadeloupe pour son deuxième voyage.
Mais l’accueil des Caraïbes, informés du sort des indiens des grandes Antilles, essayèrent d’empêcher le débarquement des marins de Colomb mais en vain.
Les Espagnols débarquèrent et demeurèrent neuf jours dans l’île.
Prenant conscience du danger, les Caraïbes formèrent une ligue interantillaise, dont le siège principal fut la Guadeloupe. Ils avaient pour objectif de porter la guerre dans les colonies espagnoles de Porto Rico et d’Hispaniola.
Au court du siècle qui suivit la découverte de la Guadeloupe, les Espagnols tentèrent en vain de conquérir la Guadeloupe et furent repoussés par les indiens Caraïbes.
Bangou Henri, la Guadeloupe Tome 1 : Histoire de la colonisation de l’îeles, 1492-1848, L’Harmattan, 1963.

1515
Une petite flottille, commandée par Juan Ponce de Lléon, partit de Cadix, pour coloniser la Guadeloupe. Il débarqua plusieurs personnes qui s’empressèrent d’enlever des femmes; ils furent tué par les indiens. Découragé, Ponce de Léon leva l’ancre pour l’île Saint-Jean.

1518
Un navire français fit naufrage sur les côtes de la Guadeloupe. Les marins furent accueillis et traités avec hospitalité. Il vécurent seize mois dans l’île.

1626
La compagnie de Saint-Christophe est créée en France. Elle fera faillite dix ans plus tard.

1635
La compagnie des îles d’Amérique, organisation marchande française, est créé sous l’impulsion du Cardinal de Richelieu.

le 28 Juin 1635
Liénard de L’Olive et Duplessis d’Ossonville mandatés par la Compagnie des Îles d’Amérique, débarquent en Guadeloupe, à la Pointe Allègre dans la région de Sainte-Rose.
Ils mènent une guerre acharnées contre les indiens Caraïbes et prennent possessions de l’île aux belles eaux.

le 4 Décembre 1635
Duplessis d’Ossonville décède.
Poussé par la famine des colons, Liénard de l’Olive décida de s’emparer des jardins et des femmes Caraïbes pour subsister. Provoquant ainsi une guerre meurtrière entre les colons et les Caraïbes.

Février 1639
Philippe de Longvilliers, Chevalier de Poincy, Commandeur d’Oysemont, fut nommé par la Compagnie des Îles d’Amérique, Gouverneur et lieutenant général des Îles d’Amérique.

1639
Fin de la guerre avec les Caraïbes entamée en 1635 par Liénard de l’Olive.

1640
Un édit du Roi interdit la mise en esclavage des indiens Caraïbes, pour des raisons stratégiques.

le 4 Avril 1640
Le capitaine Aubert est nommé gouverneur de la Guadeloupe, par la Compagnie des Îles d’Amérique, en remplacement de l’Olive.
Il fonda la ville de Basse-Terre, en accorda aux premiers colons d’autres concessions de terres sur la rive gauche du Galion. Ce n’est qu’en 1640, qu’il reçut l’ordre du roi de fonder une ville fortifiée. Basse-Terre se construisit en deux bourgs, l’un autour de l’actuel Fort Delgrès, l’actuel quartier du Carmel et le second de l’autre côté de la Rivière aux Herbes.

1642
Louis XIII autorisa l’esclavage avec obligation d’instruire dans la religion catholique et de convertir au christianisme les esclaves.

le 1er Octobre 1642
La Compagnie des Îles d’Amérique créa une charge d’intendant général. Le pouvoir civil commença à prévaloir sur le pouvoir militaire, avec l’arrivée de juges dans la colonie.
Cette même année, Charles Houël, seigneur de Petit-Pré, fut envoyé en mission en Guadeloupe. Il fut frappé par les avantage de l’île. Le Gouverneur Aubert, lors de leurs échanges, lui fit part de son projet, de fabriquer du sucre et d’en tirer une fortune.
Ce projet suscita chez Houël, l’appât du gain. Il entreprit de bénéficier de cette affaire et de s’arroger cette fortune.

le 1er Avril 1643
Charles Houël est nommé gouverneur de la Guadeloupe, avec la direction des établissements du sucre. A cette époque l’économie s’oriente vers la culture de la canne à sucre.

Mai 1643
La Pentecôte voit l’arrivée des premiers esclaves africains sur la sol guadeloupéen.

le 25 Février 1645
La Compagnie des Îles d’Amérique nomme Noël Patrocle de Thoisy, gouverneur-général de l’île de Saint-Christophe. Il fut repoussé par le gouverneur en place, De Poincy.
Il dut s’installer en Guadeloupe en attendant.

le 29 Avril 1646
De Thoisy promulge une déclaration du roi établissant dans chaque île une justice souveraine.
Furieux de la présence prolongée de de Thoisy, Charles Houël leva une révolte contre lui.
Noël Patrocle de Thoisy dut rentrer en France.

le 18 Octobre 1648
Charles Houël prit possession des Saintes.

le 8 Novembre 1648
Charles Houël prit possession de l’île de Marie-Galante. Cette même année, il occupa également les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy.

le 4 Septembre 1649
Par l’intermédiaire de son beau-frère, Boisseret, Charles Houël rachète la Guadeloupe et ses dépendances pour 73000 livres, payable en sucre et en argent. Louis XIV lui décerne le titre de Marquis de Guadeloupe.

1650
Édification à Basse-Terre, du Fort Delgrès, ancien Fort Saint Charles. Le fort fut construit en pierres de lave taillées.

1654
Arrivée de juifs chassés du Brésil, dans la colonie. Grâce à leur savoir-faire dans la technique d’extraction sucrière, l’industrie sucrière connue un grand développement et la canne à sucre devînt la principale culture de la Guadeloupe.

1656
A la suite du passage de plusieurs ouragans destructifs, et par la pression des maîtres blancs hâtés de recouvrer la productivité de leur domaine.
La première révolte des esclaves se leva en Guadeloupe.
A sa tête, deux esclaves, Jean Leblanc, de Capesterre, et Pèdre, de Basse-Terre. Après de macabres exactions, ils furent capturés et suppliciés.

Mars 1660
Un traité franco-anglo-caraïbe est conclu à Basse-Terre, sous la direction de Charles Houël. Le traité reconnu les îles de la Dominique et de Saint-Vincent, propriétés des indiens. La signature de ce traité fut le point de départ de la colonisation de la Guadeloupe par la France.

1664
Colbert rétablit l’autorité royale en rachetant l’île, à Charles Houël pour 123000 livres tournois.
A cette époque, l’archipel de la Guadeloupe compte 3 bourgs important, 987 habitations, 21 églises et 109 sucreries et raffineries. Sa population s’élève à 11437 habitants dont 6413 esclaves (nègres, négresses, mulâtres et mulâtresses), 15 caraïbes, et 5009 blancs.

le 28 Mai 1664
Jean-Baptiste Colbert fonda la Compagnie des Indes occidentales, qui comprenait les Antilles, la Guadeloupe, la Martinique et la partie occidentale de Saint-Domingue, afin de stimuler le commerce.
Il créa également quatre autres compagnies, celle des Indes orientales, celle du Nord, celle du Levant et celle du Sénégal.
L’île de Gorée, au large de Dakar (Sénégal), devint l’un des lieux de concentration de la traite française.

le 1er Juin 1664
Alexandre de Prouville, marquis de Tracy, est nommé Lieutenant général des Îles.
Il administrait alors les possessions françaises, la Martinique, la Guadeloupe et Sainte-Lucie. Il occupa ce poste jusqu’en 1666.

1666
Antoine Lefebvre, sieur de la Barre, est nommé Lieutenant général des Îles. Il occupa ce poste jusqu’en 1667.

1667
Jean-Charles de Baas Castelmore est nommé par Louis XIV, Gouverneur Général des Isles et Terre Ferme de l’Amérique. Il occupa ce poste jusqu’à son décès en 1677. Sous son administration, la résidence du Gouverneur Général des Îles, fut transférée de Saint-Christophe en Martinique, d’abord à Saint-Pierre puis à Fort-Royal.

1673
Les capucins installés au nord de la rivière aux Herbes fondent le quartier Saint-François, à Basse-Terre.

1674
La Compagnie des Indes occidentales est dissoute, l’île est désormais directement attachée au pouvoir royal et devient colonie du royaume.
Le Roi met en place un gouvernement militaire unique pour les colonies de la Caraïbe, qui réside en Martinique.
Louis XIV rend la traite libre sur tout le territoire africain.

1676
Louis XIV participe personnellement au trafic d’esclave par le biais d’un traité passé avec Jean Oudiette.

1677
Antoine André Sainte-Marthe de Lalande, connu sous le nom de chevalier de Sainte-Marthe assura l’intérim du poste de Gouverneur Général.

1682
Colbert nomme une commission pour faire des propositions sur le statut des esclaves et le vide juridique dans lequel ils évoluent. Cette commission fut mise en place suite aux problèmes de rébellions d’esclaves, rencontrés dans les colonies.

Mars 1683
Le comte de Blénac dû rentrer temporairement en France. L’intérim de son poste fut confié à Claude de Roux, chevalier de Saint-Laurent, Gouverneur particulier de l’île de Saint_Christophe. Poste qu’il assura jusqu’en Juin 1684.

Mars 1684
Charles de la Roche-Courbon, comte de Blénac, occupa un second mandat de Gouverneur général des Isles d’Amérique, jusqu’en Février 1691.

Mars 1685
Le Code Noir, est promulgué à Versailles, par Louis XIV.
Colbert, ministre des Finances, à l’initiative du projet décéda entre-temps sans avoir vu aboutir les travaux de sa commission.
Charles de Courbon, comte de Blénac et Jean-Baptiste Patoulet firent parti des rédacteurs de la commission. Ils s’inspirèrent des pratiques esclavagistes des Espagnols en terre d’Amérique.

Le Code se compose de soixante articles qui gèrent la vie, la mort, l’achat, la vente, l’affranchissement et la religion des esclaves.
Il donne un statut spécial et légal au système sur lequel repose l’économie de la colonie.
Les esclaves sont définis comme des biens mobiliers, certains sévices sont interdits tandis que d’autres sont institutionnalisés.
Sur le plan des institutions locales, l’administration des colonies est marquée par la suprématie de l’autorité militaire, qui, en raison de l’éloignement de la France, concentre en son sein l’ensemble des pouvoirs.
le Code Noir

1690
Louis XIV nomma François d’Alesso, Marquis d’Eragny, Gouverneur Général des îles d’Amérique, en remplacement du Comte de Blénac. Il mourut en août 1691 de la fièvre jaune.

Novembre 1691
Charles de Courbon, comte de Blénac est de nouveau nommé Gouverneur Général des Isles d’Amérique.

Juin 1696
Mort du Comte de Blénac.

Septembre 1696
Thomas Claude Renart de Fustemberg , marquis d’Amblimont est nommé Lieutenant Général des Îles d’Amérique.

Aout 1700
Thomas Claude Renart de Fustemberg , marquis d’Amblimont décéda de la fièvre jaune.
Pour la deuxième fois l’intérim du poste de Gouverneur Générale fut confiée à Charles de Pechpeyrou Comminge, Chevalier de Guittaud.

XVIIIème siècle
Se siècle sera marqué par les guerres avec l’Angleterre pour la conquête des îles de l’arc Antillais.

Novembre 1700
Charles d’Esnotz de Forbonest est nommé Lieutenant Général des Îles d’Amérique.

Octobre 1701
Mort de Charles d’Esnotz de Forbonest, de la fièvre jaune.
Charles de Pechpeyrou Comminge, Chevalier de Guitteaud, assura pour une troisième et dernière fois l’intérim de la Gouvernance Générale des Îles d’Amérique.

1702
Charles François Machault de Bellemont est nommé Lieutenant Général.

Mai 1702
Mort de Charles de Pechpeyrou Comminge, Chevalier de Guitteaud.
L’intérim fut assuré par Nicolas de Gabaret, Gouveneur particulier de la Martinique.

1702
Marquis de Rosmadec est nommé Gouverneur Général, mais il décéda de la fièvre jaune, avant d’avoir rejoint son poste, lors d’une escale à Cuba.

1703
Le dominicain Père Labat, premier historien de la colonisation, vient s’établir en Guadeloupe.

Mars 1703
Charles François Machault de Bellemont arriva à la Martinique.

Octobre 1713
Décès de Raymond Balthazar Phélipeaux, sieur du Verger.
Georges Robert Cloche de Mont-Saint-Rémy de La Malmaison, Gouverneur particulier de la Guadeloupe, assura l’intérim de la Gouvernance.

1709
Raymond Balthazar Phélipeaux, sieur du Verger, est nommé Lieutenant Général.

Janvier 1709
Comme ses prédécesseurs, Charles François Machault de Bellemont, meurt de la fièvre jaune. Nicolas de Gabaret pour une seconde fois, assura l’intérim de la Gouvernance Générale.

Janvier 1711
Arrivée de Raymond Balthazar Phélipeaux, sieur du Verger, aux Antilles.

Juin 1711
Décès de Nicolas de Gabaret, Gouverneur particulier de la Martinique.

le 3 Juin 1712
Une ordonnance renouvela les prescriptions sur la nourriture et l’entretien des esclaves et porta « interdiction aux maîtres d’appliquer la torture ».

1714
Séparation administrative des îles sous le vent avec les îles du vent.
Deux gouvernement coexistent à présent dans la Caraïbe.

Janvier 1716
Le Gouvernement autorise le commerce négrier aux armateurs de Saint-Malo, Bordeaux, Rouen et la Rochelle. Le commerce triangulaire se met en place.
Le rythme des voyages fut de 55 à 69 par ans au début.

1717
Les colons se révoltent contre l’octroi royale.

le 18 Mars 1718
Le gouvernement de la Guadeloupe fut attribué à de Moyencourt. A peine arrivé, le nouveau chef de la colonie voulut créer une nouvelle habitation. Bien que le commerce avec l’Angleterre fut interdit; il obtint la permission d’acheter 50 esclaves dans les colonies anglaises.

le 3 Novembre 1719
Le Gouvernement Royal, par lettre réprimanda de Moyencourt, qui n’agissait que pour ses propres intérêts.

1724
Sous le règne de Louis XV, le Code Noir fait l’objet d’une révision spéciale pour la Louisiane. Ce nouveau Code Noir rend difficile l’affranchissement d’un esclave.

le 21 Octobre 1727
De Moyencourt est rappelé en France, sur des soupçons de contrebande.
Il fut remplacé par Giraud du Poyet, qui fut à l’origine des premiers fondements de la ville de Pointe-à-Pitre. Il s’engagea également au développement de la culture du café.

1728
Le Gouverneur Giraud du Poyet créa l’établissement des lépreux de la Désirade.

1736
A Basse-Terre, sous l’impulsion de la congrégation religieuse des Capucins, une nouvelle église et une nouvelle communauté furent fondées, à l’origine du quartier de Saint-François.

1737
Les esclaves affamés et souffrant se révoltent. La répression fut brusque et sans pitié, les meneurs furent pendus.

1738
Un violent ouragan se déchaîne sur la Guadeloupe. Beaucoup d’habitants quittèrent le pays, lassés par des brimades de toutes sortes.

1745
Naissance sur l’habitation des Palmiers, de Joseph Bologne, le Chevalier de St Georges.
le Chevalier de St Georges

1748
La lèpre cause d’épouvantables ravages sur la Grande-Terre.
Cette même année, à Basse-Terre, le gouverneur de Clieux donna à la ville sa configuration parcellaire en damiers, visible encore maintenant;

1751
Dans la nuit du 19 au 20 septembre, un ouragan s’abattit sur la Guadeloupe. Il mit le comble aux misères déjà patentes.
Les esclaves de plusieurs habitation de Marie-Galante s’insurgèrent contre les blancs.

le 27 Décembre 1753
Le chevalier de Mirabeau est nommé gouverneur de la Guadeloupe. Il prend ses fonctions dans une île désolée et affamée.

1754
En cette année, on compte 10538 blancs et gens libres, contre 45653 esclaves, soit 56191 habitants.

1756-1763
Guerre de Sept Ans.

1757
De Mirabeau découragé par sa tâche, demanda à être relevé de ses fonctions.

le 15 Janvier 1757
Nadeau du Treil fut nommé gouverneur. Cette même année, fut déclaré la guerre entre la France et l’Angleterre.

1759-1763
La Guadeloupe est occupée par les Anglais. Ils font du port de Pointe-à-Pitre, un des ports les plus important des antilles.
Pendant cette période, la Guadeloupe eut deux gouverneurs anglais.
Le colonel Krumpt (1759-1760) et Sir Campbell Dalrymple (1760-1763).

le 22 Avril 1759
Les forces françaises capitulent face aux Anglais. C’est le début de l’occupation anglaise.

1760
Un conseil de guerre est convoqué par le roi, pour juger les officiers de la perte de la Guadeloupe.

le 15 Janvier 1761
Nadeau du Treil est jugé coupable de lâcheté et d’incapacité et condamné à être dégradé. Il est reconduit en France pour y être emprisonné.

le 10 Février 1763
La Signature du traité de Paris met fin à la guerre avec les Anglais.
La Guadeloupe et la Martinique sont restituées à la France.

1765
Cette année fut marquée par la nomination du premier député, Jean-Baptiste du Buc, par la Martinique et la Guadeloupe.
Le créole martiniquais a aussitôt présenté au conseil du roi, un mémoire sur l’administration coloniale; qui fait référence à la première atteinte au système créé par Colbert.

Mars 1765
Le comte de Nolivos est nommé gouverneur de la Guadeloupe.
Il prend ses fonctions avec des instructions conforment aux recommandations de député du Buc. Ce fut considéré comme un premier pas dan la voie du progrès.

1766
Le nouveau gouverneur fit établir des voies de communications plus rapides entre la Grande et la Basse-Terre.

1767
Tous les chemins de la colonie furent refaits et Nolivos ordonna le pavage des rues de la ville de Basse-Terre.

le 6 Aout 1767
Un ouragan accompagné d’un raz de marée s’abattit sur la colonie.

1768
La Martinique redevint le siège du gouvernement général des îles du vent.

le 20 Septembre 1768
Une ordonnance royale réuni sous la dénomination du Gouvernement général des Île du Vent de l’Amérique, le gouvernement de Sainte-Lucie, de Guadeloupe, de Marie-Galante, de la Désirade, des Saintes, de Saint-Martin, de saint-Barthélemy, à celui de la Martinique.

le 29 Novembre 1768
Nolivos obtint son rappel et partit de la Basse-Terre.

1769
Arrivée de la Martinique voisine, du Marquis Claude-François-Amour de Bouillé, nouveau gouverneur de la Guadeloupe.
Il ne laissa dans les mémoires qu’une romance créole :

« Adieu grain d’or, adieu collier chou, doudou à moins kallé pâti, hélas ! cé pou toujou ».

Aout 1771
Le gouverneur de Bouillé quitte la colonie.

le 18 Mars 1772
Le chevalier de Dion est nommé gouverneur.

1774
Le Roi du Dahomey (actuel Bénin, appelé également « Côte d’esclaves) protesta de la qualité médiocre des armes que l’on lui échangeait contre des esclaves.

1775
L’île obtient son autonomie vis-à-vis de la Martinique. Le Comte d’Arbaud est nommé Gouverneur de la Guadeloupe.

le 9 Août 1777
Une déclaration du Roi renouvelle l’interdiction d’amener dans le royaume aucun esclaves noirs, mulâtres, ou autres gens de couleurs, de l’un ou l’autre sexe, sous peine de 3000 livres d’amende, et de renvoyer aux colonies les noirs et mulâtres qui se trouvent dans le royaume.

le 9 Février 1779
Un règlement fit interdiction expresse aux gens de couleur libres de s’habiller comme des blancs.

le 6 Novembre 1782
Une ordonnance du Roi vint interdire, aux curés et officiers public de qualifier aucunes personnes de couleur libres du titre de « sieur et de dame ».

le 12 Décembre 1782
Le gouverneur d’Arbaud est nommé chef d’escadre, il est donc rappelé en France.

1783
Le Vicomte de Damas est nommé gouverneur en remplacement du Comte d’Arbaud.

1784
Le Baron de Clugny est accusé de contrebande par le biais, de la franchise du port de Saint-Barthélemy. Il est obligé de venir s’en défendre en France.

le 27 Mai 1784
Le Baron de Clugny est nommé gouverneur en remplacement du Vicomte de Damas.
Cet aristocrate créole possédait des biens sur la Grande-Terre.

le 7 Juin 1784
Une Assemblée Coloniale est crée dans chaque colonies des Antilles. Elle est composée du Gouverneur, de l’Intendant, du Commandant en second, du Commissaire-général de marine, de deux député du conseil souverain, d’un député de chaque quartier, des députés des Îles dépendantes, d’un député de Pointe-à-Pitre, d’un député de Basse-Terre et, d’un secrétaire nommé à vie.
Les membres devaient être renouvelés tous les quatre mois.
C’était pour les colonies, une vrai charte constitutionnelle. Malgré, qu’elle fut corrompue, par et au profit de l’aristocratie locale.

le 7 Juin 1784
Une Assemblée Coloniale est crée dans chaque colonies des Antilles. Elle est composée du Gouverneur, de l’Intendant, du Commandant en second, du Commissaire-général de marine, de deux député du conseil souverain, d’un député de chaque quartier, des députés des Îles dépendantes, d’un député des principales villes et, d’un secrétaire nommé à vie.
Les membres devaient être renouvelés tous les quatre mois.
C’était pour les colonies, une vrai charte constitutionnelle.
Malgré, qu’elle fut corrompue, par et au profit de l’aristocratie locale.

le 20 Octobre 1784
L’île de Saint-Barthélemy fut cédée à la Suède afin d’obtenir le droit de déposer des marchandises françaises dans le port de Gothembourg, et de les réexporter, sans payer de droits.

1785
Cette année, fut l’année du triste record de 100 voyages négrier.

le 19 Février 1788
A Paris, est créé la Société des Amis des Noirs.
Dont font partis les marquis de Mirabeau, de Lafayette et de Condorcet, l’Abbé Gégoire, Étienne-Charles de Loménie de Brienne, le duc Dominique de La Rochefoucauld, Olympe de Gouges, Louis Monneron, Léger-Félicité Sonthonax et Jérôme Pétion de Villeneuve.
Elle fut dirigée par Jacques Pierre Brissot et présidée par Étienne Clavière.

1789
La Révolution Française fut accueillie avec le même enthousiasme qu’en France. Chose étrange à cette époque, les plus ardents révolutionnaires furent les planteurs. Ils pensaient obtenir le pouvoir de se gouverner, comme les colons anglo-américains.
En cette année historique, la Guadeloupe comptait 13712 blancs et affranchis et 89523 esclaves, soit 106593 habitants.

le 26 Aout 1789
Proclamation de la Déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen.
« Tous les hommes naissent libres et égaux en droits. »
A cette époque, les Antilles portaient 700000 esclaves, dont la Déclaration remettait en cause le fait de leur captivité et de leur servilité.

le 22 Octobre 1789
La Société des Amis des Noirs présente les doléances des gens de couleur de Saint-Domingue. L’esclavagiste Gouy d’Arsy sollicita louis XVI afin qu’il interdise les séances de la Société des Amis des Noirs, ce dernier lui donna en réponse un fin de non recevoir, en ces termes :

« Ces pauvres noirs ont-ils des amis en France ? Tant mieux, je ne veux pas interrompre leurs travaux. »

le 8 Mars 1790
Un décret donne aux colonies une autonomie quasi absolue.
Les Assemblée Coloniale ont une autorité presque souveraine.

le 27 Juillet 1790
La Guadeloupe envoya cinq députés à l’Assemblée Constituante.

le 29 Novembre 1790
L’Assemblée Constituante, par décret, envoya quatre commissaires dans les îles afin de procéder provisoirement à leur administration et à leur organisation.

1791
Les quatre commissaires arrivaient en Martinique, le 12 Mars 1791, sont vus par le Gouverneur de Clugny; qui parvint à obtenir leur confiance.
Son retour en Guadeloupe, est marqué par des excès de l’oligarchie locale et par la troupe. Quelques embryons de soulèvements d’esclaves, en Grande-Terre et à Marie-Galante, furent étouffés violemment, avant même d’avoir manifesté quelconque exactions.

le 11 Mai 1791
lors de la séance de l’Assemblée Constituante, le député abolitionniste Viefville des Essarts aborda de front le sujet de l’esclavage.

15 Mai 1791
L’Assemblée Constituante décréta que les gens de couleurs, nés de pères et de mères libres, et ayant les qualités requises, jouiraient des droits des citoyens actifs et seraient admis comme les blancs, dans les assemblées paroissiales et coloniales.

le 25 Août 1791
Les quatre commissaires débarquent à Basse-Terre.
Ils s’opposent aussitôt inutilement et infructueusement, au Gouverneur et à l’Assemblée Générale Coloniale. Trop attachés à leurs prérogatives créole, les membres de l’Assemblée Générale Coloniale, ne laissent aucunement appliquer les mesures pacifiques que sont chargés d’appliquer les commissaires.

le 24 Septembre 1791
L’Assemblée Constituante décida que la mise en application du décret du 15 Mai et le droit de régler la condition des gens de couleur était dévolu aux Assemblées Coloniales. Cette décision offensa gravement Condorcet, membre de la société des Amis des Noirs.

le 30 Septembre 1791
L’Assemblée Constituante fit place à l’Assemblée Législative.

1792
Le Général Collot fut nommé Gouverneur en remplacement de de Clugny, qui venait de mourir. Le Vicomte d’Arrot fit l’intérim du poste.

le 24 Mars 1792
L’Assemblée Législative émit un décret stipulant que l’on procéda sur le champ à la réélection des Assemblées Coloniale et des Municipalités. Quatre commissaires furent nommés pour les Îles du Vent, avec le pouvoir de ramener l’ordre et la paix par tous les moyens.

le 28 Mars 1792
Sur le rapport de Gensonné, l’Assemblée législative établit les droits politiques des Libres et décide que les colonies auront des députés, élus par leur assemblée coloniale (loi du 4 avril 1792). Cette décision renforce les dispositions prisent en mai 1791, amenant ainsi les blancs et les gens de couleurs libres à l’égalité politique.
Assemblée Nationale

le 11 Août 1792
L’Assemblée Législative supprime la prime d’encouragement à la traite, accordée par le Roi Louis XVI, en 1784.

Septembre 1792
Suite à une fausse information venue de l’île anglaise de Mont-Serrat, annonçant que la royauté était rétablie en France.
L’oligarchie créole en place, qui avait pris fait et cause pour la révolution, dévoila ses vrais attaches, en jurant fidélité au Roi.
Mais en France, le Roi Louis XVI était enfermé dans la prison du Temple.
La frégate « La Calypso » fut envoyé en Martinique afin d’y annoncer cet événement.
Les commissaires de l’Assemblée législative, peu de temps après avoir été rejeté par la Martinique, se présentent en Guadeloupe, où la réception fut la même. Ils n’ont d’autre choix que de séjourner à Saint-Domingue.
Quand La Guadeloupe et la Martinique apprirent la vérité, elles restèrent fidèles au monarque et contractèrent un pacte de protection mutuelle.
Elles envoyèrent chacune un député en France, avec pour mission de soutenir la royauté. Dubuc fils pour la Martinique et Clairfontaine pour la Guadeloupe.

Septembre-Novembre 1792
La Contre-révolution triomphe à la Martinique et à la Guadeloupe.
Assemblée Nationale

le 16 Septembre 1792
Les commissaires mandatés par l’Assemblée Législative sont repoussés à coups de canons.
Quand La Guadeloupe et la Martinique apprirent la vérité, elles restèrent fidèles au monarque et contractèrent un pacte de protection mutuelle.
Elles envoyèrent chacune un député en France, avec pour mission de soutenir la royauté.
Dubuc fils pour la Martinique et Clairfontaine pour la Guadeloupe.

le 20 Septembre 1792
L’Assemblée Constituante met fin à ses travaux.

le 22 Septembre 1792
La Convention remplace l’Assemblée Constituante, qui proclame aussitôt la République.

le 24 Octobre 1792
Le Capitaine Lacrosse quitta Brest pour les Antilles, sur la frégate « La Félicité ».

le 1er Décembre 1792
Le capitaine Lacrosse chargé d’apporter aux Îles du vent, les changements venus de France, ne peut débarquer en Martinique.
Il se dérouta alors, sur l’île de la Dominique. Où, il y trouva de nombreux patriotes exilés par le Gouverneur d’Arrot et l’Assemblée Générale Coloniale.

le 10 Décembre 1792
La Guadeloupe et la Martinique, par arrêté, déclarèrent la guerre à la France Républicaine.
En Guadeloupe, il fut déclaré que quiconque délivrerait le message du capitaine Lacrosse serait passible de la peine capital.

le 20 Décembre 1792
A Pointe-à-Pitre, une foule hétéroclite partie du cours d’Ennery (Place de la Victoire) avec des soldats portant le drapeau tricolore, parcoururent les rues en réclamant que le drapeau tricolore soit hissé. La Municipalité se déclara immédiatement républicaine.
Le Gouverneur d’Arrot, à la tête de planteurs et de partisans vint attaquer Pointe-à-Pitre mais, il fut vaincu et n’eut d’autre choix que de se réfugier sur l’île de la Trinité.

le 5 Janvier 1793
Jean Baptiste Raymond Lacrosse, mandaté par l’Assemblée législative, débarque à Pointe-à-Pitre avec comme cornette au mât de sa frégate « La Félicité », un bonnet rouge. Fait historique, à son arrivé, il sur la terre ferme, il se jeta au cou d’un nègre et lui donna le baiser fraternel. Sa présence suscita dans la ville, un véritable élan de joie et de délire qui n’avait jamais eu lieu.
Lacrosse fit dissoudre l’Assemblée Générale Coloniale, qu’il remplaça par une Assemblée Générale Extraordinaire qu’il fit élire.

le 6 Février 1793
Le Général Collot débarqua pour occuper son poste de Gouverneur. De sa propre autorité, il adoucit les rigueurs de la révolution et se mit en opposition avec la jeune Assemblée Générale Extraordinaire en rappelant des émigrés royalistes. Sous sa protection, l’aristocratie reprit ses manœuvres infamantes contre certaines parties de la population.

le 4 Avril 1793
Le capitaine Jean Baptiste Raymond Lacrosse quitta la Guadeloupe, satisfait de son travail.

1794
Le Fort Fleur d’Épée fut érigé sur le morne du quartier du Bas du Fort, au Gosier.
Dominant la Grande Baie aux eaux émeraudes du Gosier, il commandait l’entrée du Petit Cul de Sac Marin et de la rade de Pointe-à-Pitre. Le fort faisait parti de l’ensemble de protections, quasiment disparu aujourd’hui, avec le Fort l’Union et la batterie de l’îlet à Cochons. Le site forme un polygone, fortifié à la Vauban.

le 4 Février 1794
le 16 pluviôse an II, à l’initiative des dantonistes, l’abolition de l’esclavage est votée par la Convention.

le 21 Avril 1794
Le Gouverneur Collot, capitule face au Général anglais Dunbas, qui s’empare de l’île. Cette invasion fut à l’instigation des planteurs ne pouvant concevoir l’abolition de l’esclavage et par ce fait, la perte de leurs privilèges.
Pour preuve de sa cruauté, Dunbas, à son débarquement sur les plages de Gosier, fondit sur le fort Fleur-d’Epée, occupé en majeur partie par des noirs et gens de couleur. Tous furent passés par les armes.
Les émigrés aristocrates rentrés en même temps que les anglais, usent des toutes les représailles contre les républicains et leurs ennemis.

le 23 avril 1794
Le commissaire Victor Hugues appareille d’Aix avec une petite flotte pour les Antilles. Il a pour mission de faire appliquer le décret du 16 pluviôse.

le 1er Juin 1794
Le Général Dunbas mourut à Basse-Terre, la veille du débarquement français.

le 2 Juin 1794
Soulèvement populaire contre l’occupant soutenu par les troupes venus de France avec les Commissaire de la Convention, Victor Hugues et Chrétien, et les généraux Cartier et Aubert.
Les commissaires proclament l’abolition de l’esclavage et, introduisent la guillotine.

le 26 Août 1794
Thyrus Pautrizel, ancien maire de Basse-Terre fut admis à siéger à la Convention en qualité de représentant de la Guadeloupe.

le 6 Octobre 1794
Le Général Graham capitula au prix de nombreuses batailles sanglantes.

le 27 Octobre 1794
Victor Hugues fit occuper Marie-Galante par le citoyen Rameau et une troupe.

Fin 1794
La rénumération des anciens esclaves n’ayant pas été résolue, des troubles agitèrent le pays mais furent sévèrement réprimés.

le 11 Décembre 1794
Les anglais avaient complètement quitté la Guadeloupe.
Deux officiers mulâtres martiniquais débarquèrent sur l’île pour poursuivre leur carrière militaire. Louis Delgrès, Capitaine aide de camp et Magloire Pelage, Colonel.

le 6 Janvier 1795
Le bataillon des Antilles arriva à Pointe-à-Pitre, parmi ses officiers le capitaine martiniquais, Magloire Pélage.
Victor Hugues fut rejoint par les commissaires Lebas et Goyrand.
En ce début d’année 1795, Les commissaires récupérèrent L’île de Saint-Eustache et Saint-Martin qu’ils restituèrent à la Hollande, ne se réservant que la partie française.

le 20 Février 1795
La Constitution déclare :

Article 6 : « Les colonies françaises sont parties intégrantes de la République et sont soumises à la même loi constitutionnelle ».
Article 7 : « Elles sont divisées en départements, ainsi qu’il suit : (…) La Guadeloupe. Marie-Galante. Les Saintes et la partie française de Saint-Martin ; La Martinique ; la Guyane française et Cayenne ; (…) L’île de la Réunion ; (…) »

le 26 octobre 1795
La Convention Nationale et remplacée par le Directoire.

1796
Victor Hugues et Lebas gardent leurs fonctions mais prennent le titre d’agent du Directoire.

le 28 Septembre 1797
La Soufrière entra en éruption.

le 27 Octobre 1797
Une loi décréta que la Guadeloupe et ses dépendances formaient un département divisé en vingt-sept canton dont Pointe-à-Pitre en était le chef-lieu.

le 6 Janvier 1798
Victor Hugues mis la Guadeloupe en état de siège, car l’ordre n’était plus assuré. Les colons envisageaient de livrer l’île, une nouvelle fois au anglais.

le 22 Avril 1798
Nouvelle éruption de la Soufrière.

Mai 1798
Le commissaire Lebas dut rentrer en France, pour des raisons de santé.

le 5 Juin 1798
Le Général Desfourneaux fut nommé Agent Particulier du Directoire, en remplacement de Victor Hugues.
Ce remplacement fait suite aux pressions des émigrés de la Guadeloupe, rentrés en France et le ralliement à leurs pressions du Général Pélardy.
Victor Hugues fut renvoyé en France, alors que sa volonté première était de rester à Basse-Terre en tant que simple citoyen.

le 22 Novembre 1798
Les Généraux Pélardy et Desfourneaux arrivèrent en Guadeloupe. Le remplacement de Victor Hugues par le Général Desfourneaux, suscita un vive émoi dans l’île.

le 2 Janvier 1799
Victor Hugues devenu simple citoyen résidait à Basse-Terre.
Sa présence dans l’île gênait les nouveaux dirigeants; il fut décidé par un subterfuge de le retenir sur un navire en rade de Basse-Terre et de le rapatrier de force en France.

le 1er Septembre 1799
Les citoyens Jeannet, Baco de la Chappelle et le Général Laveaux, sont nommés par le Directoire et confirmés par le Gouvernement Consulaire, en remplacement du Gouverneur Desfourneaux.
Ils arrivent en Guadeloupe en même temps que le Général de brigade Magloire Pélage et le chef de bataillon Louis Delgrès.

fin de l’année 1799
Le gouverneur Desfourneaux est tombé en disgrâce, par l’instigation de son ami Pélardy.
Pélardy mis en vigueur les lois des 25 Octobre 1797 et du 1er Janvier 1798. Ces lois reconnaissaient comme citoyen français les noirs et hommes de couleur……… exerçant un métier, une profession. Était puni pour vagabondage et privé de ses droits de citoyen celui qui ne pouvait justifier de ses moyens d’existence…….. .
Seul les gens sachant lire et écrire jouissait de leurs droits civiques.

le 9 Novembre 1799
Coup d’État du 18 brumaire an VIII, Napoléon Bonaparte prend le pouvoir.

le 13 Décembre 1799
Les colonies ne sont plus représentées au Corps législatif.

Art. 31 : « Le Corps législatif est composé de 300 membres (…) ; il doit toujours s’y trouver un citoyen au moins de chaque département de la République ».
Art. 91 : « Le régime des colonies françaises est déterminé par des lois spéciales ».

le 20 Mars 1801
Les troupes anglaises, commandés par l’amiral Duckworth s’emparent de l’île de Saint-Barthélemy.

le 24 Mars 1801
L’île de Saint-Martin tombe aux mains des anglais.

le 19 Avril 1801
Le gouvernement consulaire prit un arrêté, stipulant que les colonies seraient régies par trois magistrats, un Capitaine-général, un Préfet et un Commissaire de justice.
Le capitaine Lacrosse devenu Contre-Amiral fut nommé Capitaine-général.
Le poste de Préfet fut confié à Lescallier et, celui de commissaire de justice à Coster.

le 29 Mai 1801
Lacrosse débarqua en Guadeloupe. Avec lui, la population noire vit ses droits et libertés de plus en plus réduits. Son attitude et ses agissements furent en opposition avec les valeurs républicaines dont il était animé en 1793.

le 25 Juin 1801
Lacrosse fait afficher sur les portes des municipalités, une proclamation, autorisant les émigrés (anciens royalistes) à rentrer sans conditions et leurs promettant d’être réintégrés sur leurs propriétés.

le 5 Août 1801
Le Général de Béthencourt mourut ce jour provoquant un enchainement d’événements qui vînt contribuer au soulèvement de la population de couleur, dont l’ewaspération était à son comble.
Dans l’ordre hiérarchique, le commandement aurait dû être attribué au Général de brigade Pélage, mais Lacrosse réunit le commandement de l’armée à son autorité. A cette annonce, la troupe et la population commencèrent un soulèvement. Lacrosse partit de Pointe-à-Pitre pour Basse-Terre; mais avant de partir, il chargea son chef d’état-major et le commissaire général de police de procéder à l’arrestation des principaux chef de couleur parmi lesquels le Général de brigade Magloire Pélage, le Capitaine Gédéon et le Capitaine Ignace.
Pélage pû s’échapper de justesse face au chef d’Etat-major venu l’arrêter. Il se réfugia au fort de la Victoire, où se trouvait le Capitaine Ignace.
Ignace à la tête d’une compagnie de chasseurs de ligne anéanti la garde nationale blanche. Pélage et Gédéon, réussirent à contenir la hargne de la troupe.
Le chef-d’Etat-major, le commissaire général de police et le commissaire du gouvernement furent arrêtés et détenus par Pélage, au fort de la Victoire.
A son arrivée à Basse-Terre, Lacrosse mit la ville en état de siège, cassa la Municipalité et ordonna l’arrestation de tous les hommes de couleur qui lui parurent suspect.

le 21 Octobre 1801
Sur de fausse informations, Lacrosse déclare Pélage, hors la loi et, il se mit en marche vers Pointe-à-Pitre à la tête de la garnisons de Basse-Terre et de la garde nationale avec le soutient de pièces d’artilleries.

A Pointe-à-Pitre, le Général Pélage fit élire quatre commissaires civils provisoires, Messieurs Frasans, Danois, Delert et Pénicaut. Ils dépêchèrent auprès de Lacrosse, deux négociants, Messieurs Courtois et Mey, qui le rencontrèrent à Capesterre.
Lacrosse nia avoir été le commanditaire des arrestations arbitraires des principaux chefs de couleur et invita Pélage à le rejoindre à Petit-Bourg.

le 23 Octobre 1801
De retour à Pointe-à-Pitre, les négociateurs trouvèrent la ville, tout aussi agitée que lors de leur départ. Cette effervescence était entretenue par l’arrivée massive de fuyards de la Basse-Terre, dénonçant les mesures hostiles de Lacrosse.

Le Général Pélage dû prendre des mesures de précautions contre un attaque de la ville.
Lacrosse par ses actes insensés, vit ses amis et soldats déserter et rejoindre Point-à-Pitre.
Sur proposition des officiers de couleur Ignace, Massoteau, Noël-Corbet, Gédéon, Palème, Prud’homme et Codou, Pélage fut nommé Commandant militaire de la Guadeloupe. Cette proposition vînt en garantie des idées de vengeance de Lacrosse, dont on ne pensait pas encore se passer.

le 24 Octobre 1801
Après d’âpres pourparlers, Lacrosse se décida à rentrer à Pointe-à-Pitre. Il fut accueilli dans la joie par la population, qui croyait la paix revenue.
N’écoutant que son ressentiment, Lacrosse reçut avec mépris Pélage et les commissaires. Il leur adressa à tous les reproches les plus violents. Il exigea la démission de Pélage et de ses officiers, ainsi que le dépôt des armes de la troupe.
Ses paroles irritèrent tout le monde. Le lieutenant Codou à la tête des chasseurs noirs, pénétra dans la Commune où se tenait Lacrosse, baïonnette au canon prêts à tuer le Capitaine-général. Pélage et Gédéon firent barrage afin de préserver Lacrosse.
Les commissaire civils prononcèrent sa déchéance. Il fut conduit par Ignace et un escorte, au fort de la Victoire pour y être écroué.

le 5 Novembre 1801
Lacrosse est embarqué à bord d’un bâtiment Danois.
Il déclara dans un élan de joie; car il craignait que l’on attentat à sa vie, que Pélage était son libérateur. Il se réfugia à la Dominique pour y préparer sa vengeance, rejoint par le Préfet Lescallier et le commissaire de justice Coster.

Après le départ du Capitaine-général, les commissaires civils demandèrent à Pélage de garder le commandement. Il composa un nouveau Conseil qui prit le nom de Conseil Provisoire.

le 10 Novembre 1801
Afin de donner une légitimité au Conseil Provisoire, il invita tous les quartiers à voter et, de donner leurs avis sur la composition du nouveau Gouvernement.

le 15 Novembre 1801
Le Conseil Provisoire s’installa définitivement et exprima son attachement inviolable à la France.

le 18 Novembre 1801
Bonaparte remis des instruction au Général Leclerc, lui ordonnant de désarmer les troupes noires et d’arrêter leurs chefs afin d’imposer sa volonté.

le 13 Février 1802
Le Général Sériziat envoyé de France pour remplacer le général de Béthencourt (mort en 1801), rejoint à la Dominique et y rencontre Lacrosse. Ensemble, ils s’emparent de Marie-Galante sans combattre.
Sériziat fit embarquer à bord de ses frégates, la compagnie noire composant la garnison de Marie-Galante, commandé par Lapoterie.

le 18 Février 1802
En France, la loi interdit les mariages mixtes.

Le 25 Mars 1802
Le traité d’Amiens rend la Guadeloupe et la Martinique, à la France.

le 1er Avril 1802
L’escadre du Général Richepance appareille de Brest, pour reconquérir la Guadeloupe. Avec à son bord, les Généraux Dumoutier et Gobert et les chefs de bataillons Merlen, Cambriels, Brunet, Pillet et Gremier.

Les correspondances du Préfet Lescallier et du commissaire de justice Coster avec les blancs créoles, créèrent une scission entre les blancs et les noirs. On ne parlait plus de droit public mais de caste et de suprématie.
le Général Richepance

le 6 Mai 1802
Le Général Richepance et son escadre sont rejoins par le Général Sériziat et le Capitaine-général Lacrosse. Ils débarquèrent à Pointe-à-Pitre, dans une ville enclin de joie à leur venue.

Alors que Pélage préparait avec membre du Gouvernement provisoire, l’acueil de ces « frères ». Richepance ordonna le branle-bas de combat à ses soldats.
Une délégation du Conseil Provisoire mené par le commandant Prud’homme vint saluer Richepance, qui les fit arrêter et les garda en otage.
Les premiers à toucher terre, furent les hommes de troupes qui se réunirent sur la place de la victoire.
Le premier officier de haut rang à débarquer fut le Général Gobert. Il fit renvoyer les quarante hommes d’escortes venus accompagner le Conseil Provisoire.
Pélage et ses hommes firent l’objet de mépris, d’humiliations et de dégoût, de la part de ces « frères ».
Le second officier à débarquer fut le Général Sériziat, qui avait reçut pour ordre d’arrêter Pélage. Il préféra le garder à vue, à ses côté pour le moment.
Pélage emplit de joie, de voir cet officier lui montrer autant de considération, lui fit faire le tour de la ville et de ses défenses.
Pendant ce temps, les officiers et hommes de troupes de Richepance relevèrent tous les gardes noirs. La victoire était facile.
Le Capitaine Rougier ayant reçut l’ordre de Général en chef, d’occuper le fort de la Victoire par la force, fit avancer sa troupe au pas de charge. Le chef de bataillon Ignace, en poste au fort, repoussa Rougier hors du fort et se retira avec ses hommes, par une porte opposée et parti rejoindre Delgrès à Basse-Terre.
Ce qui eu lieu au fort de la Victoire, décida Richepance à se servir de Pélage, pour obtenir obéissance des troupes noires.
Cette obéissance, lui permit de désarmer la moitié de troupes noires et de les embarquer à fond de cale.
La Grande-Terre était perdue.
Richepance laissa les Généraux Sériziat et Dumoutier pour garder le passage de Rivière-Salée et maintenir l’ordre. Il se dirigea vers la Basse-Terre, à la tête de 930 hommes, avec les Généraux Gobert et Pélage ainsi que le chef de bataillon Merlen.

le 7 Mai 1802
Le chef de bataillon Louis Delgrès reçut les première nouvelles alarmantes du Capitaine Noël-Corbet; qui lui raconta les humiliations subis par les régiments noirs à Pointe-à-Pitre.
Le colonel Delgrès

le 8 Mai 1802
Dans la soirée, Ignace, Palème, Jacquiet, Dauphin, Codou et la troupe noire du fort, ainsi que des paysans recrutés dans les communes de la Basse-Terre, arrivèrent auprès de Delgrès.
Une réunion de tous les officiers de couleur eut lieu, il écrivirent une proclamation contre la venue de Richepance et de ses intentions.

le 9 Mai 1802
Au petit matin dans le champ d’Arbaud, Le colonel Delgrès passa en revue toutes les troupes et leur adressa :

« Mes amis, on en veut à notre liberté, sachons la défendre en gens de cœur et préférons la mort à l’esclavage. La résistance à l’oppression est un droit naturel. La divinité même ne peut être offensée que nous défendions notre cause : elle est celle de la justice et de l’humanité. ».

Aux blancs de Basse-Terre, ils leur demanda de déposer leurs armes et de se retirer ou de combattre s’ils le veulent à ses côtés.
Delgrès fit publier la déclaration, une heure avant que l’escadre de Richepance ne soit en vue. Elle embrasa la population de couleur, tous les hommes jurèrent de défendre et de triompher des soldats de Richepance.

« Vivre libre ou mourir » était leur cri de ralliement.

le 10 Mai 1802
Au matin, Louis Delgrès quitte son domicile, du 48 Grande-Rue du Fort, pour se rendre au fort Saint-Charles.
Il fit publier sa proclamation :

« A l’univers tout entier, le dernier cri de l’innocence et du désespoir »;

A midi, l’escadre de Richepance fut reçut par une décharge des batteries depuis la pointe de Vieux-Fort jusqu’à la batterie des Capucins.
Sous la conduite de Gobert et de Pélage, les troupes débarquèrent près du Baillif.
Les troupes de Delgrès se battirent avec acharnement faisant dans les rangs adverses de lourdes pertes comme le chef de bataillon Brunet.

le 11 Mai 1802
Richepance attaqua le pont de la rivière de Pères tandis que Pélage et Gobert forçaient le passage de l’embouchure de la rivière.
A la fin de la journée, les troupes de Richepance occupaient une partie de la ville, tandis que Gobert et Pélage avaient pris position sur les habitations Bellevue et Belost.

le 12 Mai 1802
Au matin, Le colonel Delgrès donna des ordres pour attaquer simultanément Richepance dans les deux positions.
Cette bataille fut une des plus terribles.
Noël-Corbet, Doria et Sans-Peur furent chargés de de contenir Richepance sur ses positions, tandis que Delgrès et Ignace attaquèrent Gobert et Pélage, à Bellevue et Belost. Ignace retrouva face à lui, le Capitaine Rougierqui fut tué lors de la bataille.
Cette bataille fut le théâtre de l’arrivée de femmes dans la bataille, elles galvanisaient les troupes et montraient autant de courages qu’eux.
Sériziat fut appelé en toute hâte par Richepance.

le 20 Mai 1802
Napoléon Bonaparte qui dirige la France et l’Empire colonial, rétablit l’esclavage et la traite des noirs conformément aux lois de 1789.

le 20 Mai 1802
Les environs du fort Saint-Charles retentirent de coups de feux.
Pélage menait l’assaut. Cette attaque eut de très grave conséquences psychologiques sur les insurgés car, ils voyaient monter contre eux leurs anciens camarades, incorporés aux bataillons français. A la fins des combats, les soldats de Delgrès se retrouvèrent accablés de désespoir. Au soir de cette terrible journée, Delgrès et ses officiers se réunirent et décidèrent d’évacuer le fort le 22 mai.

le 21 Mai 1802
Les combats de la journée se cantonnèrent à un feu de canonnade.

le 22 Mai 1802
Pélage mena l’assaut contre le fort, et enleva à la baïonnette, la position de Bisdarry.
A huit heures du soir, Delgrès et ses compagnons quittèrent le fort, par la poterne du Galion.
Les insurgés sortis du fort, de divisèrent en deux groupes; l’un monta vers Matouba, dirigés par Delgrès et l’autre vers le poste de Dolé, avec à sa tête Ignace.

le 23 Mai 1802
Au matin à Basse-Terre, l’annonce de l’évacuation du fort Saint-Charles provoqua un grand contentement dans les rang de Richepance.
Dans la soirée, le chef de Bataillon Ignace, campa aux portes de Petit-Bourg. Il a couvert la distance depuis Basse-Terre, sabre au clair tout en rassemblant des hommes à la cause.
Pélage et Gobert se lancèrent à la poursuite des insurgés.
Ils attaquèrent le poste de Dolé, tenu par Palème et une centaine d’hommes.
Ils résistèrent jusqu’au dernier moment, puis se retirèrent dans les mornes de Vieux-Fort.

le 24 Mai 1802
Au matin, Ignace entre dans Petit-Bourg. il réquisitionna quelques embarcations de la commune et, les fit tirer jusqu’à la Rivière-Salée.
Ils ne purent franchir le détroit que dans la soirée pour se diriger vers Pointe-à-Pitre.
Pélage arrivé à Petit-Bourg dans la soirée avec Gobert, se jeta dans un canot pour mettre en place les défense de Pointe-à-Pitre.
Ignace établit sur l’habitation Belle-Plaine, à quelques kilomètres de la capitale commerciale; fut averti de l’arrivée d’une colonne mené par Pélage. Il du se rabattre dans le fortin désarmé de Baimbridge.
A Basse-Terre, la journée fut marquée par des actes de violences contre les gens de couleur.

le 25 Mai 1802
Au matin, Pélage mena l’assaut contre Ignace. Les insurgés les tinrent en respect jusqu’à l’arrivée de Gobert et de son artillerie.
A six heures du soir, Pélage et Gobert menèrent l’assaut; ils entrèrent par la porte de la Redoute. On compta 675 morts dont Ignace. Ils firent 250 prisonniers, hommes, femmes et blessés confondus.

les 26 Mai 1802
Cent prisonniers furent fusillés place de la Victoire, à Pointe-à-Pitre.

le 27 Mai 1802
Cent cinquante prisonnier furent fusillés au lieu dit « Fouillote ».

le 28 Mai 1802
Louis Delgrès était retranché dans la positon du Matouba.
L’essentiel de ses troupes étaient placées en sur l’habitation fortifiée Danglemont, protégée par ses deux rivières et d’une batterie de canons.
En ce jour, Richepance lança l’attaque finale vers les cinq heures du matin, contre les quelques deux cents soldats de Delgrès, hommes, femmes et enfants compris.
La matinée de combats fut un enchainement de victoires et de défaites, d’exploits et et de bravoures pour les soldats de Delgrès.
Cette lutte de plus de dix contre un, ne devait prendre fin que vers les trois heures de l’après-midi.
Richepance fit donner le dernier assaut. Ses troupes combattirent à chaque pas des hommes n’ayant d’autre alternative que la victoire ou la mort. Les combattants du Colonel Delgrès se battirent jusqu’au dernier souffle de vie qui leur restait.
Delgrès décidé à ne sortir de la bataille que par un noble suicide, fit piéger l’habitation avec la poudre qui lui restait.
Delgrès et ses soldats, combattants héroïques, acculés sur la maison Danglemont, mirent le feu aux poudres et se firent sauter. Entraînant dans leur mort, un grand nombre d’officiers et de soldats français.
La Négresse Solitude, grièvement blessée est capturée et, jetée en prison.

Delgrès, Ignace, la négresse Solitude, Massoteau, Nicolo, Kirwan, Dauphin, Jacquiet, Noël-Corbet, Palème, Gédéon, Codou, Claude, Jean-Charles, Grippon, Doria, Sabès et tous leurs camarades, compagnons, hommes et femmes, connus et inconnus, tous furent des héros et des martyrs de la liberté.

le 2 Juillet 1802
Un arrêté renouvelle la déclaration royale de 1777, interdisant le territoire continental aux individus de couleur et l’aggravant par la peine de la déportation.

le 16 Juillet 1802
La loi du 4 février 1794 qui avait abolit l’esclavage est abrogée par l’arrêté consulaire émis ce jour.
Extrait de l’arrêté :

« La colonie de la Guadeloupe et dépendances sera régie à l’instar de la Martinique, de Sainte-Lucie, de Tobago et des colonies orientales, par les mêmes lois qui y étaient en vigueur en 1789″.

La population esclave, à cette date s’élevait à 102989 personnes.

le 5 Août 1802
Lacrosse accueilli en grande cérémonie par les chefs militaires, fut réintégré dans ses anciennes fonctions.

le 3 Septembre 1802
Richepance mourut sur l’habitation Lassale, près de l’habitation Danglemont, où périt le noble Colonel Delgrès.

le 29 Novembre 1802
Au lendemain de son accouchement, la Négresse Solitude fut pendue.

le 19 Février 1803
Un arrêté met en vigueur dans les îles, le Code de la Louisiane.
Un article de ce code interdit le mariage entre blanc et noir.

le 8 Mars 1803
Le général de division Ernouf fut nommé capitaine-général en remplacement de Lacrosse. Avec pour instruction de conduite, de se montrer plus mesuré.
La relève de Lacrosse vînt en prévention. Suite à la perte de Saint-Domingue par le Général Leclerc. Celui-ci s’était acharné sur la population, qui se souleva en Septembre 1802.

le 30 Mars 1803
Un arrêté consulaire décréta que le Fort Saint-Charles où furent déposés les reste du général Richepance, porterait le nom de : « Fort Richepance ».

le 16 Mai 1803
Lacrosse s’embarque sur la frégate « le Didon » pour rejoindre la France.

le 2 Juillet 1803
Le Gouverneur Ernouf par ordre de l’Empire, ferma toutes les dettes anciennes des colons; qui en reprenant leurs biens, avaient également repris leurs dettes.

1804
Le Gouverneur Ernouf permit à certains noirs et mulâtres libres d’armer des embarcations pour la course.
la Course

le 1 Juillet 1805
Le général de Kerverseau est nommé Préfet colonial.

le 18 Avril 1807
La Suède, par le Roi Gustave-Adolphe IV, rompit l’armistice à peine conclu avec la France. Le Gouverneur Ernouf profita de cette rupture pour envoyer deux navires de corsaires contre Saint-Barthélemy, comme représailles.

le 22 Aout 1807
Un arrêté Préfectoral condamne à 1620 francs, toute personne donnant asile à un esclave « Marron ».

le 22 Septembre 1807
Début de la construction de la deuxième église de Pointe-à-Pitre.

1808
En cette année, la population esclave s’élevait à 122895 personnes.

le 2 Mars 1808
Les anglais s’empare de Marie-Galante sous le commandement du capitaine Pigot.

le 31 Mars 1808
La Désirade tombe aux mains des anglais. Cette prise activa en Guadeloupe, les travaux de fortifications et de défenses commandée par le gouverneur Ernouf.

le 21 Aout 1808
Le commandant militaire de Pointe-à-Pitre, Cambriels, tente de reprendre infructueusement Marie-Galante.

le 14 Avril 1809
Les Saintes sont attaquées par l’armada anglaise.

le 17 Avril 1809
Face à la suprématie anglaise, les Saintes capitulent.

le 27 Janvier 1810
La Guadeloupe est attaquée par les anglais, au Gosier.

le 30 Janvier 1810
Une division anglaise débarque à Vieux-Habitants.
Toutes les forces anglaises se dirigent vers Basse-Terre et la position du Matouba, où le Gouverneur Ernouf coordonne les défenses. Les anglais furent guidés par certains colons, ce qui leur permit de contourner les protections du Matouba.

le 6 Février 1810
Le Capitaine-Général Ernouf signe la capitulation face aux anglais.

le 23 Février 1810
Le Gouverneur Ernouf et son état-major furent conduit en Angleterre.

Le Général Bekwith fut nommé Gouverneur, mais il fut rapidement remplacé par le Major-Général Carmichaël.

1811
Le Vice-Amiral Cochrane est nommé Gouverneur de la Guadeloupe. Cette nomination fut une bénédiction pour les planteurs, car ce nouveau Gouverneur était un ami, d’un des leurs, monsieur de Vermont.

le 26 Juin 1813
Le Vice-Amiral Cochrane fut remplacé par le Major-Général Skinner. Ce dernier, ne parlant pas français, laissa l’administration de l’île aux planteurs.

1814
Lors du congrès de Vienne, le Pape Pie VII interdisa aux ecclésiastiques et laïcs de soutenir sous aucuns prétexte le commerce négrier. Lançant ainsi une nouvelle orientation anti-esclavagiste de l’Église.

le 30 Mars 1814
Le traité de Paris mit fin à la guerre entre la France et l’Angleterre, et rétrocéda la Martinique et la Guadeloupe à la France.

le 13 Juin 1814
Le général Eugène-Édouard Boyer-Peyreleau est nommé sous-gouverneur de la Guadeloupe par la Restauration.

le 13 Juillet 1814
Le Roi Louis XVIII nomme par ordonnance, le comte de Linois, gouverneur de la Guadeloupe.

le 8 Février 1815
Lord Castlereagh, au nom de l’Angleterre, fit signer aux représentants français, ainsi qu’à d’autres représentants de divers pays, réunis au congrès de Vienne, l’abolition de la traite des esclaves, comme « contraire aux principes d’humanité et de morale universelle ».

le 29 Mars 1815
Napoléon décrète l’abolition de la traite négrière, en application du traité de Paris.

le 3 Mai 1815
La Guadeloupe est divisée par plusieurs courants de sympathies; le parti royal représenté par le Gouverneur de Linois, le parti anglais mené par les planteurs et le parti Bonapartiste conduit par le général Eugène-Édouard Boyer-Peyreleau. Les planteurs contactèrent le général Leith, commandant en chef des forces britanniques, à Antigues; afin qu’il vienne leur porter secours.

le 15 Juin 1815
La goëlette « l’Argile » envoyée par le Gouvernement impérial, vint mouiller à Basse-Terre; afin de rallier la Guadeloupe et la Martinique à la métropole.
Le Général Boyer, gouverneur en second de la Guadeloupe, fit pression sur le Gouverneur Linois pour qu’il reconnaisse le gouvernement impérial, mais en vain.

le 18 Juin 1815
Le Général Boyer, n’arrivant à rien, fit arrêter les principaux fonctionnaires de la colonie et séquestra le Gouverneur dans son hôtel de Basse-Terre.

le 19 Juin 1815
Le Gouverneur de Linois consentit à se rallier à l’empereur.

le 6 Juillet 1815
Les anglais s’emparèrent des Saintes.

le 18 Juillet 1815
Les anglais prirent Marie-Galante.

le 10 Aout 1815
La Guadeloupe tomba entre les mains anglaises. Le Gouverneur de Linois et le Général Boyer-Peyreleau furent mis en détention.

1816
Fin de l’occupation Anglaise dans îles de la Caraïbe.

Avril 1816
La Guadeloupe est rendue à la France par le traité de Venise.

le 25 Juillet 1816
Le Comte de Lardenoy est nommé Gouverneur et Administrateur de la Guadeloupe et de ses dépendances, par le Roi.
Le Colonel Vatable, qui se fut illustré en résistant pendant les événements de Juin 1815; fut élevé au rang de Baron et Maréchal-de-camp pour ses actes.

le 1er Janvier 1817
L’administration des Postes aux lettres est établit sur le même modèle qu’en France.

le 8 Novembre 1817
Louis XVIII signe une ordonnance interdisant la traite en France.
Démarrage de la traite illégale jusque vers 1830.

1818
La situation agricole de la Guadeloupe est répartie comme suit :
Sur les 32437 hectares de terre mis en culture, 17567h sont affectés à la canne à sucre, 4988h pour le café, 69h pour le cacao, 3248h pour le coton et 6565h pour les plantes vivrières.

le 18 Mars 1819
Une Ordonnance royale interdit aux noirs de porter des chaussures.

le 1 Juillet 1821
L’hôpital militaire de Basse-Terre fut inauguré.

le 9 Septembre 1821
Basse-Terre fut gravement touché par un violent ouragan.

le 31 Octobre 1821
Le culte catholique fur réorganisé, sous la direction d’un Préfet apostolique.

le 1 Octobre 1822
A Basse-Terre fut fondé le pensionnat de Versailles. Il était réservé aux jeunes filles riches.

le 2 Avril 1823
Le Contre-Amiral Jacob est nommé Gouverneur de la Guadeloupe, par ordonnance Royale.

le 16 Septembre 1824
Louis XVIII mourut, Charles X monta sur le trône de France.

le 26 Aout 1825
Un terrible ouragan s’abat sur la Guadeloupe et les îles voisines, dévastant particulièrement les villes de Capesterre, Pointe-Noire et de Basse-Terre.
La ville de Basse-Terre eut à dénombrer 900 maisons détruites et de nombreux édifices renversés.

le 24 Décembre 1825
Une ordonnance étend l’octroi de mer à la Guadeloupe. L’octroi perçu dans les quatre ports de la Guadeloupe y demeura jusqu’en septembre 1837 date de la répartition de l’octroi sur l’ensemble des communes de la Guadeloupe, au prorata du nombre d’habitants.

le 28 Février 1826
Le Contre-Amiral des Rotours fut nommé Gouverneur de la Guadeloupe.

le 11 Août 1826
Victor Hugues décéda à Paris, à l’age de 64 ans.

le 10 Décembre 1826
L’ordonnance du 5 Février, relative à l’autorisation d’importation dans les îles de certaines marchandises et de l’entrée de bâtiments étranger dans les eaux territoriales française, est mis en application. Permettant de ce fait, à la Guadeloupe et à la Martinique de pouvoir commercer avec les îles voisines.

le 25 Avril 1827
Une prescription est faite aux tribunaux, d’agir sévèrement contre ceux qui se livrent à la traite.

1829
Construction de l’église du Moule.

le 31 Janvier 1830
Le Gouverneur des Rotours est remplacé par le Général Vatable.

le 1 Aout 1830
Fuite de Charles X.

le 9 Aout 1830
Louis-Philippe prêta serment suite aux événements de Juillet; qui provoquèrent la fuite de Charles X, le 1 Aout.

le 2 Novembre 1830
L’affranchissement moral de la classe des gens de couleur libres est promulgué; abolissant les règlements qui leurs ôtaient les droits de citoyen, en les assimilant pleinement à la classe blanche.

le 8 Juillet 1831
Le Contre-Amiral Arnous-Dessaulsay fut nommé Gouverneur.

le 17 Février 1832
Les services de la colonie sont enrichis par la création des Comités d’hygiène.

le 8 Mars 1832
Une loi déclara libres, les noirs qui seraient trouvés à bord de navires négriers.

le 12 Juillet 1832
La Loi simplifia les formalités pour l’affranchissement des esclaves.

le 8 Novembre 1832
Création des Chambres d’agricultures.

le 24 Avril 1833
Publication de la charte coloniale, à l’instigation de Victor Schoelcher et des anti-esclavagistes.

le 30 Avril 1833
Par ordonnance royale, la France abolie les peines de la mutilation et de marquage des esclaves.

le 28 Aout 1833
L’Angleterre est le premier pays à décréter l’abolition de l’esclavage sur ses colonies. Donnant ainsi aux esclaves des colonies françaises de l’espoir en leur sort. Beaucoup, s’enfuirent et essayèrent de rallier les îles des colonies anglaises.

le 29 Avril 1836
Une ordonnance stipule qu’un habitant des colonies amenant en France, avec lui un esclave de l’un ou l’autre sexe, celui-ci serait affranchi selon l’ordonnance du 12 Juillet 1832. La même ordonnance indiquait les noms et prénoms à donner à ces esclaves libérés.

le 22 Mars 1837
Le Commissaire-Général de la marine Jubelin est nommé Gouverneur de la Guadeloupe.

le 20 Septembre 1837
Un décret colonial décide de répartir l’octroi de mer sur l’ensemble des communes de la Guadeloupe, au prorata du nombre d’habitants.

le 9 Février 1838
Le député De Passy proposa à la chambre des députés, une loi relative à l’affranchissement des esclaves qui naîtrons à l’avenir dans les colonies françaises. Elle fut rejeté sous le prétexte de jeter dans la société, des gens n’ayant connu la liberté que par le désœuvrement où ils auront vécus. les conduisant ainsi à la délinquance pour survivre.

le 11 Juin 1839
Une ordonnance royale impose le recensement de tous les esclaves des colonies.

le 12 Juillet 1839
Un Guadeloupéen, Armand Barbes mène à Paris, un combat révolutionnaire pour l’émancipation de la Guadeloupe. Il est condamné à mort et gracié par Louis-Philippe, après avoir été à l’origine de la tentative de coup d’État, le 12 mai 1839. Il voit sa peine commuée en travaux forcés grâce à l’intervention de Victor Hugo.

Décembre 1839
Le Pape Grégoire XVI dans le « In Supremo Apostolatus Fastigio » condamna fermement et clairement la traite négrière, la qualifiant d’inhumaine.

1840
Le patronage des esclaves fut institué. Une autorité judiciaire était chargée de vérifier qu’aucun sévices ne soit infligé aux esclaves.
Victor Schoelcher constata des limites au patronage. Puisque malgré les visites obligatoires des officiers judiciaires, les esclaves étaient toujours illégalement et atrocement traités, sans que ceux-ci n’interviennent.

le 15 Juin 1841
Le Capitaine de vaisseau Gourbeyre débarqua à Basse-Terre, afin de prendre les fonctions de nouveau Gouverneur.

le 8 Février 1843
Un tremblement de terre secoue l’île et un incendie détruit Pointe-à-Pitre faisant environ 3 000 morts.
L’ère industrielle est amorcée par la reconstruction de l’île. Les deux premières usines sucrière font leur apparition.
Le maire de Canal, Faujas de Saint-Fond, rapporte que « dans l’intérieur de la campagne 28 moulins à vent ont été totalement renversés, 20 autres sont à démolir, 19 sucreries ont éprouvé le même sort et les maisons construites en pierre sont en ruines ».
Solidarité avec la Guadeloupe en 1843

le 14 Mai 1844
Le gouvernement présenta à la chambre des pairs, un projet de loi amendant celle du 23 Avril 1833, et attribuant aux tribunaux les manquements aux soins, à l’entretien et, la consommation de violence et de cruauté envers les esclaves.
La chambre des pairs y ajouta le rachat forcé, le droit à l’instruction et au culte, la durée de travail, l’observation du repos Dominical et le droit à la propriété mobilière.

le 26 Aout 1844
Un violent incendie réduisit en cendre plusieurs quartiers de Basse-Terre.

le 7 Juin 1845
Le Gouverneur Gourbeyre mourut de la fièvre typhoïde.

le 18 Juillet 1845
Le projet de loi du 14 Mai 1844 est adopté.

les 18 et 19 Juillet 1845
Les lois dites lois Mackau sont votées.
Elles modifient, à priori, en profondeur le régime des esclaves.
Mais l’article 5 de la loi, prescrit aux affranchis l’obligation de contracter un engagement de travail.
Victor Schoelcher dénonce rapidement leur contournement.

le 31 Octobre 1845
Le Gouverneur Layrle prit ses fonctions.
Le recensement de cette année, portait la population à 129109 habitants, dont 41357 gens libres et 87752 esclaves.

le 24 Février 1848
La révolution entraine la chute de la monarchie de Juillet.

le 4 Mars 1848
Le gouvernement provisoire nomme une commission pour l’émancipation et déclare :
« que nulle terre française ne peut plus porter d’esclaves »

Fin Mars 1848
L’annonce de l’émancipation a filée telle une trainé de poudre. A tel point qu’en cette fin de mois de Mars, la plus part des esclaves Antillais connaissaient déjà la nouvelle.

le 27 Avril 1848
Sur proposition de Victor Schoelcher, le décret d’abolition définitive de l’esclavage est signé et appliqué.

le 27 Mai 1848
Le gouvernemeur Layrle promulgue l’abolition de l’esclavage sur l’île, sans attendre l’arrivée tardive du texte.
le décret de l’abolition de l’esclavage

le 5 Juin 1848
Le commissaire général, Adolphe Ambroise Gatine, membre de la commission du 4 Mars 1848, arrive en Guadeloupe. Il remplace le Gouverneur.
Il fit immédiatement afficher la proclamation du 27 Avril et, vérifia lui-même les effets de l’émancipation.
L’article 1er, du décret fut modifié pour les Antilles, en instituant immédiatement l’abolition de l’esclavage, sans tenir compte du délai de 2 mois, initialement prévu pour l’application.

le 24 Juin 1848
L’Assemblée nationale, par décret, délégua tous les pouvoirs exécutifs, à Eugène Cavaignac.

le 26 Juin 1848
La révolution socialiste, dites « Journées de Juin », fut réprimé par la Garde Nationale et par l’armée, commandé par Louis Eugène Cavaignac.

le 28 Juin 1848
Eugène Cavaignac démissionna de son poste, mais l’Assemblée lui confia de nouveau le pouvoir exécutif avec le titre de président du conseil des ministres.

Aout 1848
Les anciens esclaves, nouveaux citoyens, votent pour la première fois.

le 21 Aout 1848
Un terrible ouragan dévasta la Désirade et l’Anse-Bertrand.

le 1er Septembre 1848
Le colonel Jacques Amédée Philippe Fiéron est nommé gouverneur de la Guadeloupe, se substituant au commissaire Gatine.

le 8 Novembre 1848
Le nouveau Gouverneur pris un arrêté sur le recensement. Toutes personnes qui ne serait pas employée à une exploitation agricole ou industrielle; serait tenue de faire une déclaration annuelle, les quinze premier jours de Janvier, en mentionnant son état civil et ses activités; sous peine d’une amende.

le 10 Décembre 1848
Louis-Napoléon Bonaparte est élu Président de la République.

le 14 Décembre 1848
La constitution du 2 Novembre 1948 est promulguée.
L’art. 109 de cette nouvelle constitution, maintenait les colonies sous le régime des lois particulières.

Mars 1849
Le Capitaine de Vaisseau Fabvre fut nommé Gouverneur par intérim de la Guadeloupe, en remplacement du Colonel Fiéron rappelé en France.

le 12 Mars 1849
Le Président de la République nomma par arrêté, Gouverneur Général des Antilles françaises, le Contre-Amiral Bruat.

le 24 Juin 1849
La Guadeloupe est amenée à voter pour les élections législatives. Les planteurs des deux îles s’entendirent pour présenter Bissette aux élections et ainsi assoir leur influence politique.

le 25 Juin 1849
De graves désordres se produisirent à l’Habitation Pirogue, propriété du maire de Férréol, sur l’île de Marie-Galante. Suite à une tentative de captation de votes, en faveur des candidats Bissette et Richard. La foule suspicieuse vis à vis du maire, qui appela la troupe pour transférer les urnes, se mit à suivre le convoi. Au morne Tartanson, le commandant de la troupe importuné par cette escorte fit faire les sommations et ordonna la charge. La foule voulant se venger ses morts, incendia et détriuisit l’Habitation Pirogue. Le Gouverneur Bruat appelé en renfort rétablit l’ordre.

le 18 Octobre 1849
L’Assemblée Législative prononce l’annulation des élections du 24 Juin. Schoelcher et Perrinon avaient reçut le trois quart des voix.

le 13 Décembre 1849
Le Colonel Fiéron est de retour en Guadeloupe, à son ancien poste de Gouverneur.

1850
Cette année voit en son cours, le salaire devenir le mode de rémunération unique adopté dans les colonies de Guadeloupe et de Martinique.

le 18 Janvier 1850
Schoelcher et Perrinon sont élus à la majorité.

le 12 Juillet 1850
Trois évêchés sont instaurés par décrets, en Guadeloupe.
A Basse-Terre, suite au décret, l’église Saint-François, fondée par les capucins fut élevée au rang de Cathédrale, sous l’invocation de Notre-Dame-de-la-Guadeloupe.

le 3 Février 1851
Monseigneur Lacarrière est nommé Évêque de la Guadeloupe.

le 11 Juillet 1851
La Banque Coloniale (Banque de la Guadeloupe, l’actuelle Banque des Antilles Françaises, BDAF) est créée.

le 26 Novembre 1851
Le Capitaine de Vaisseau Aubry-Bailleul est nommé gouverneur de la Guadeloupe.

le 2 Décembre 1851
Louis-Napoléon exécute un coup d’état.
Le régime impérial est rétabli.

le 2 Décembre 1851
Le neveu de Napoléon le Grand choisit le 2 décembre, anniversaire du sacre de son oncle et de la bataille d’Austerlitz, pour conduire le coup d’État qui lui permettra de passer du statut de prince-président à celui d’Empereur des Français.
La période du Second Empire est marquée par un retour au centralisme annihilant toute trace du pouvoir local, sinon celui du conseil général aux pouvoirs élargis, mais entièrement soumis à l’autorité du gouverneur.
Herodote

1852
Introduction de l’octroi de mer en Guadeloupe. Cette taxe est perçue dès l’entrée dans la mer des Antilles. Elle figure dès lors parmi les recettes des communes et existe encore aujourd’hui.

le 13 Février 1852
Un décret rend le travail obligatoire. Cette législation coercitive tend à supprimer la liberté économique qui pouvait encore constituer un des inconvénients au salariat pour les employeurs.

1853
Début de l’immigration indienne.

le 6 Avril 1853
Monseigneur Lacarrière est remplacé par Monseigneur Forcade.

le 30 Septembre 1853
Le Gouverneur Aubry-Bailleul est remplacé par le Capitaine de Vaisseau Philibert Augustin Bonfils.

le 13 Janvier 1854
Le nouveau Gouverneur arrive à Basse-Terre.
Le Gouverneur Bonfils à son arrivée, eut pour initiative, de subventionner à hauteur de 1000 francs, tout individus qui planterai au moins 5 hectares, de caféiers; il supprima également un impôt qui taxait la production de coton.

le 24 Décembre 1854
Arrivée du premier convoi de 344 travailleurs Tamouls (Inde), engagés pour travailler dans les champs de canne à sucre, à bord de l’Aurélie commandé par le capitaine Blanc.

1857
Début de l’immigration des Africains.

le 5 Mars 1857
Le Capitaine de Vaisseau Touchard est nommé Gouverneur.

le 1er Septembre 1857
Arrivée de 71 engagés africains en Guadeloupe, par la Compagnie Générale Maritime, après 35 jours de traversée.

le 2 Décembre 1857
L’arrêté Husson est promulgué. Ce texte réglemente dans les moindre détails la stricte application du système de surveillance de la population, par l’obligation de contracter un engagement de travail.

1859
Début de l’immigration Chinoise aux Antilles.

1859
Napoléon décida l’arrêt des recrutements d’africains, sur la côte atlantique de l’Afrique.

Extrait de la Lettre de Napoléon III à son cousin responsable des colonies, lui enjoignant de cesser définitivement tout engagement de travailleurs sur les côtes d’Afrique, et de se tourner pour ses besoins en bras, vers celles des Indes.

Saint-Cloud, le 30 octobre 1858.

« Mon cher cousin, je désire vivement qu’au moment même ou le différend avec le Portugal, à propos du Charles-Georges*, vient de se terminer, la question de l’engagement des travailleurs libres pris sur la côte d’Afrique soit définitivement examinée et résolue d’après les véritables principes du droit et de l’humanité. J’ai réclamé énergiquement auprès du Portugal la restitution du Charles-Georges, parce que je maintiendrai toujours intacte l’indépendance du drapeau national ; et il m’a fallu, dans cette circonstance, la conviction profonde de son bon droit pour risquer de rompre avec le roi du Portugal les relations amicales que je me plais à entretenir avec lui.

Mais quant au principe de l’engagement des noirs, mes idées sont loin d’être fixées. Si, en effet, des travailleurs recrutés sur la côte d’Afrique, n’ont pas de libre arbitre, et si cet enrôlement n’est autre chose qu’une traite déguisée, je n’en veux à aucun prix. Car ce n’est pas moi qui protégerai nulle part des entreprises contraires au progrès, à l’humanité et à la civilisation.

Je vous prie donc de rechercher la vérité avec le zèle et l’intelligence que vous apportez à toutes les affaires dont vous vous occupez ; et, comme la meilleure manière de mettre un terme à des causes continuelles de conflit serait de substituer le travail libre des coolies de l’Inde à celui des nègres, je vous invite à vous entendre avec le ministre des affaires étrangères pour reprendre, avec le gouvernement anglais, les négociations qui avaient été entamées il y a quelques mois.

Sur ce, mon cher cousin, je prie Dieu qu’il vous ait en sa sainte garde. »

Napoléon III

* Le Charles-Georges est un navire négrier français intercepté en 1858 par la marine anglaise et conduit dans le port de Lisbonne. L’affaire fait scandale.

1860
7334 nouveaux travailleurs sont arrivés en Guadeloupe parmi eux, 4155 Indiens, 2995 Africains et 184 Chinois.

le 5 Janvier 1860
Le Général Frébault est nommé Gouverneur. La première de ses œuvres fut l’établissement de droits sur les spiritueux et l’amélioration du port de Pointe-à-Pitre.

le 5 Janvier 1860
Le Général Frébault est nommé Gouverneur. La première de ses œuvres fut l’établissement de taxes sur les spiritueux et l’amélioration du port de Pointe-à-Pitre.

le 24 Octobre 1860
Un décret impérial permet la constitution de la Société de crédit colonial.
« Le Crédit colonial, qui octroie des prêts pour la construction de sucreries ou pour le renouvellement et l’amélioration de l’outillage, connaît un grand succès. Cependant l’objet de la société se révèle vite trop limité. »

le 24 Octobre 1860
Un décret impérial permet la constitution de la Société de crédit colonial.

« Le Crédit colonial, qui octroie des prêts pour la construction de sucreries ou pour le renouvellement et l’amélioration de l’outillage, connaît un grand succès. Cependant l’objet de la société se révèle vite trop limité. »

Archives nationales

le 2 Janvier 1861
Le Député François Auguste Perrinon décéda à Grand-Case sur l’île de Saint-Martin.

1862
Ouverture à Basse-Terre, de la « Loge des Elus d’Occident », loge franc-maçon affiliée au « Grand-Orient de France ».

le 31 Août 1863
Le crédit colonial est transformé en Crédit Foncier Colonial.

« Le CFC se révèle impitoyable pour les mauvais payeurs : le non paiement d’un semestre d’annuité et la procédure d’expropriation forcée était immédiatement enclenchée, débouchant irrémédiablement sur la ruine du débiteur défaillant. »

crdp Martinique

1864
Louis Hippolyte de Lormel est nommé Gouverneur.
Cette année, annonce les débuts de la culture de la vanille.

le 22 Octobre 1865
Le choléra se déclara à Pointe-à-Pitre.

le 22 Novembre 1865
Le choléra fit en cette seule journée 167 victime à Basse-Terre et 54 à Pointe-à-Pitre.

1866
Ernest Souques fonde le « Comité des usines de la Guadeloupe ».

le 4 Avril 1869
Ernest Souques inaugure l’usine sucrière Darboussier, située à l’entrée de la ville de Pointe-à-Pitre. L’usine sucrière utilisait des machines à vapeur pour accélérer la production.

1870
Gabriel Couturier est promu Gouverneur.

le 4 Septembre 1870
Les Prussiens font prisonnier Napoléon III, à Sedan. Lorsque les Parisiens furent au fait de la nouvelle; ils proclamèrent la IIIème République.

le 1er Octobre 1870
Le Gouverneur Couturier publia une proclamation annonçant le retour de la République; en même temps, il avisa la population du rétablissement du suffrage universel et promulgua le décret du 8 Septembre 1870.
La Guadeloupe devait élire deux députés.

le 25 Avril 1871
La Guadeloupe est représentée pour la première fois, au Parlement Français. MM Melvil-Bloncourt et Rollin sont élus Députés.

1872
Construction du premier pont en fer de la colonie.

le 5 Octobre 1873
Germain Casse est élu Député en remplacement de M Rollin, démissionnaire.

le 24 Septembre 1875
La Martinique et Guadeloupe sont représentées en métropole par des députés et des sénateurs.

le 16 Décembre 1875
L’Assemblée nationale élut Victor SCHOELCHER, sénateur inamovible.

1876
Les premiers immigrés libanais et syriens émigrant volontaires vers l’Amérique, arrivent entres autres aux Antilles.
Ils investissent un créneau laissé libre de l’économie, le commerce de vêtements et de tissus.

le 2 Avril 1876
Théodore Lacascade fut élu Député.

1877
La Cathédrale Notre-Dame-de-la-Guadeloupe est consacrée Basilique, par le pape Pie IX.

le 18 Mai 1877
Un décret réglementa le commerce et la vente de la vanille en Guadeloupe.

le 10 Aout 1877
Rétrocession de l’île de Saint-Barthélemy.

le 11 Novembre 1877
La Guadeloupe fut rappelé aux urnes, suite à la dissolution de l’Assemblée Nationale, provoquée par Mac-Mahon. Théodore Lacascade sorti à nouveau vainqueur du scrutin.

le 16 Mars 1878
La France prend possession de l’île de Saint-Barthélemy suivant le traité du 10 Mars 1877.

le 10 Octobre 1878
Afin de dynamiser et d’améliorer l’économie de Saint-Barthélemy, un décret autorisa l’importation de marchandises, sans restrictions de provenances, ni de pavillons.

le 20 Mars 1879
Alexandre Isaac est nommé Directeur de l’intérieur. Il est le premier républicain à accéder à ce poste, qu’ait eu la Guadeloupe.
Sous son impulsion, un lycée fut créé, et les écoles primaires furent multipliés.

le 5 Avril 1879
Le recensement de la population établissait 174231 habitants.

le 12 Juin 1879
Une commission coloniale était instituée en Guadeloupe. Elle fonctionnait entre les sessions du Conseil Général avec des attributions semblables aux Commissions Départementales de France.

le 21 Juin 1879
L’organisation des pouvoirs publics des colonies était régis par la même loi qu’en métropole.

le 14 Septembre 1879
Émile Réaux fut élu Député, en remplacement de Théodore Lacascade démissionnaire.

le 20 Novembre 1879
Lors d’un session extraordinaire du Conseil Général, T. Lacascade déposa la proposition, de placer dans la salle des délibérations du Conseil Général, un buste de la République. Cette proposition fut adoptée à l’unanimité.

le 3 Février 1881
Un arrêté permettait la création d’une Caisse d’épargne à Pointe-à-Pitre, suivant le décret du 14 Décembre 1880.

le 9 Juillet 1881
Léonce Laugier est nommé gouverneur.

le 27 juillet 1881
La loi instaure la liberté de la presse et de l’imprimerie. L’opinion publique se forme sur fond d’affrontements polémiques des organes de presse qui se multiplient.

le 28 Juillet 1881
La loi accordait deux députés à la Guadeloupe.

le 2 Octobre 1881
Gaston Gerville-Réache et Gaston Sarlat sont élus Députés.

1882
Une Quinzaine de Caraïbes spoliés de leurs dernières terres aux alentours de l’Habitation Pistolet, à l’Anse-Bertrand, adressèrent une pétition au directeur de l’intérieur.
« Nous possèdont toujours le titre de Caraïbes, nous travaillons en paix et tranquillité. Nous avons le droit sur 200 ha de terre. »
Il s’agit du dernier acte connu d’un groupe Caraïbes en Guadeloupe.

le 28 Mars 1882
La loi portait obligation absolue de l’enseignement primaire.

le 17 Mai 1883
Un décret présidentiel permettait la création du « lycée de la Guadeloupe »; devenu après « Lycée Carnot ».

le 4 Avril 1884
Loi sur les municipalités, accordait aux maires de larges pouvoirs administratifs.

le 9 Mai 1884
Alexandre Isaac quittait la direction de l’intérieur de la Guadeloupe.
Il fut remplacé par V. Coridon.

le 31 Décembre 1886
On recensait 3579 hectares de caféiers, 929 hectares de cacaoyers et 5327 hectares pour le manioc.

1887
Le « Comité des usines de la Guadeloupe » devient le « Syndicat des fabricants de sucre ».

le 21 Juillet 1887
Inauguration du musée Schoelcher à pointe-à-Pitre.

le 21 Juillet 1887
Inauguration du Musée Schœlcher, fondé grâce aux dons (statuettes, masques,…) effectués par Victor Schoelcher à la Guadeloupe.

le 5 Mai 1889
Inauguration de l’Hôtel de ville de Basse-Terre, par H. Bernus.

le 6 Octobre 1889
Gaston Gerville-Réache est de nouveau élu Député avec Émile Réaux.

le 10 Mars 1891
Louis Hippolyte Marie Nouët est nommé gouverneur de la Guadeloupe.

le 11 Janvier 1892
La loi limita le pouvoir des Conseil généraux au seul octroi de mer.

le 20 Aout 1893
Gaston Gerville-Réache est de nouveau élu Député.

le 3 Septembre 1893
Auguste Isaac fut élu Député de la Guadeloupe et conseiller général.

le 4 Février 1894
Alexandre Isaac est élu Sénateur.

le 6 Mai 1894
Hégésippe Jean Légitimus est élu Conseiller Général pour le canton du Lamentin.

le 9 Juillet 1894
Noël Pardon était nommé Gouverneur.

le 12 Mai 1895
Le « lycée de la Guadeloupe » devient le Lycée Carnot », par décret.

le 10 Juin 1895
Delphino Moracchini était nommé Gouverneur.

le 29 Avril 1897
A 10 heures du matin, un tremblement de terre détruit partiellement Pointe-à-Pitre.

1898
Hégésippe Jean Légitimus est le premier député noir élu de la Guadeloupe.

1900
Installation au Gosier, de la première TSF, à l’entrée de la propriété Montauban. Elle transmet des informations de France et la presse du monde entier.

1902
Création d’une bourse du travail à Pointe-à-Pitre.

Février 1904
Le Gouverneur de la Guadeloupe demande la radiation des listes électorales guadeloupéennes, des immigrants indiens considérés comme sujets britanniques.

1907
Aménagement pour le passage des voitures, du pont du Gallion à Basse-Terre.

1908
Création du service postal maritime entre Bouillante et Pointe-À-Pitre et inauguration de l’appontement en dur de Basse Terre pour l’embarquement du café et du cacao.

le 9 Février 1909
Création du «Nouvelliste», le plus grand journal quotidien des petites Antilles, par M. Adolphe Lara, édité dans la plus grande imprimerie de la Guadeloupe.

le 15 Février 1910
Aux Abymes, puis dans les autres communes de l’île, la grève est déclaré pour l’augmentation des salaires dans l’industrie cannière.
Le gouverneur Gautret passe la nuit à négocier avec les grévistes.

le 2 Mars 1910
Suite aux grèves et à l’incendie de champs de canne à Baie-Mahault, l’intervention de la troupe fait un mort et plusieurs blessés.

1912
Établissement du premier service du courrier par bateau entre Pointe à Pitre et la Pointe d’Antigue/Port-louis.

1914-1918
Mobilisation générale dans les colonies antillaises, il sont incorporés dans les armées de la République pour reprendre l’Alsace et le Lorraine aux allemands; plus de la moitié ne reviendront jamais.
Néanmoins, la guerre permet à la Guadeloupe d’exporter massivement du rhum, jusqu’en 1922.

le 20 Février 1915
Le président et Madame Théodore Rosevelt, en visite en Guadeloupe, sont reçus à Capesterre Belle-Eau et Goyave.

1922
Ouverture de la route de la Côte Sous-le-Vent jusqu’à Bouillante.

1923
Les immigrés indiens se voient accorder la nationalité française.

1924
Inauguration de la centrale électrique de Dolé/Gourbeyre.

le 24 Juin 1927
Installation de l’unité centrale sucrière de Gardel sur les ruine de l’usine Sainte-Marie.

le 12 Septembre 1928
Un cyclone mémorable et meurtrier dévasta la région de Pointe-à-Pitre et fit environ 1200 victimes.

1936
Le Gouverneur Félix Eboué, est nommé en Guadeloupe par le Front Populaire.
Il est le premier gouverneur de couleur.
Félix Eboué

1938
Félix Eboué quitte la Guadeloupe, rappelé par George Mandel (Ministre de l’Intérieur).

le 15 Septembre 1939
Arrivée de l’Amiral Robert (Chef du théâtre d’opérations de l’Atlantique-ouest), sur la « Jeanne d’Arc ».

le 3 Avril 1940
Le colportage est sévèrement réglementé; soupçonné d’être utilisé par les réseau d’espionnage. Le décret instituant cette réglementation toucha fortement l’économie de la communauté Libano-syrienne.

le 30 Avril 1940
Constant Sorin est nommé en Guadeloupe par le G. Mandel, dix jours avant l’offensive allemande dans les Ardennes, et la débâcle française.
Les personnes qui parlent de la période 1940-1943 disent « an tan Sorin « , du nom du gouverneur (Constant SORIN) de la Guadeloupe de l’époque. C’était une période assez particulière de l’histoire de la Guadeloupe où se mêlent la dissidence, le travail, la créativité, la débrouillardise, l’autosuffisance mais aussi, le rationnement, la pénurie.

« Pitit a manman, an tan sorin sété mizè » disait une grand-mère.

1941
Le dernier moulin à vent de Marie-Galante, « la grande pierre », cesse de fonctionner.

le 29 Octobre 1941
Tous les élus sont obligé de déclarer, qu’ils n’appartiennent pas à des sociétés secrètes.

le 15 Juillet 1943
Le gouverneur Sorin est relevé de ses fonctions ainsi que l’Amiral Robert.

le 13 Mars 1946
Les leaders communistes d’après guerre, Aimé Césaire, Léopold Bissol, Georges Gratiant, remportent des victoires électorales en Martinique.
Ils portent une proposition de loi à l’Assemblée Nationale. La question est débattue au Parlement, avec un rapporteur illustre, le jeune député-maire de Fort-de-France, Aimé Césaire :

 » …Les propositions de lois qui vous sont soumises ont pour but de classer la Martinique, la Guadeloupe, La Réunion, et la Guyane française proprement dites en départements français. Avant même d’examiner le bien fondé de ce classement, vous ne pouvez manquer de saluer ce qu’il y a de touchant dans une telle revendication des vieilles colonies.
A l’heure où çà et là des doutes sont émis sur la solidarité de ce qu’il est convenu d’appeler l’empire, à l’heure où l’étranger se fait l’écho des rumeurs de dissidence, cette demande d’intégration constitue un hommage rendu à la France, et à son génie, et cet hommage dans l’actuelle conjoncture internationale prend une importance singulière (…).
On ne fait rien quand on a la géographie contre soi. Or en la circonstance, ce n’est pas seulement l’histoire que nous avons avec nous, c’est aussi la géographie.
En effet, en affirmant le principe de l’unité française et de l’extension du régime de la loi à des territoires qui jusqu’ici ne relevaient que du régime des décrets, les propositions qui vous sont présentées n’empêchent pas de laisser éventuellement aux conseils généraux certains pouvoirs qui leurs seraient propres « .

J.O. des débats de l’Assemblée Nationale Constituante n°23 du 13/03/46 et n°25 du 15/03/46.

le 19 Mars 1946
La Guadeloupe devient un Département d’Outre-Mer (DOM).
Loi du 19 mars 1946

le 10 Novembre 1946
Gerty Archimède est la première femme élue député à l’Assemblée Nationale.

1947
Pierre Albert Trouillé est le premier préfet de l’île.

Mai 1953
Inauguration de l’aéroport de Pointe-à-Pitre.
L’aérogare en béton dessinée par l’architecte Gérard-Michel CORBIN avait alors une superficie de 1126 m².

1958
L’aérogare du Raizet fit l’objet d’un premier agrandissement, qui porta sa superficie à 3 700 m².

le 30 Mars 1958
Création du Parti Communiste Guadeloupéen par le Dr Rozan Girard et l’avocat Emmanuel Ibéné.

1960
La Ve République fait entrer l’outre-mer dans l’ère de la « départementalisation adaptée ».

le 3 et 4 Mai 1960
Le général de GAULLE effectue un séjour de deux jours en Guadeloupe, au cours duquel il présente des décrets visant à renforcer les pouvoirs de consultation des conseils généraux des départements d’Outre-mer.

1961-1965
Des troubles indépendantistes secouent la Guadeloupe.

Octobre 1961
Indépendance de la structure fédérale, CGTG, face à la CGT française.

le 22 Juin 1962
Un avion d’Air-France explose en plein vol à Déshaies.

1963
Le gouvernement français créa le BUMIDOM, le Bureau des migrations des départements d’outre-mer, afin de soulager la région de l’augmentation démographique et de l’accroissement du chômage.
Le départ annuel de 10 000 Antillais vers l’hexagone, afin d’occuper des fonctions subalternes dans la fonction publique (PTT, hôpitaux, administrations diverses), a constitué une solution temporaire, sans que les problèmes de fond ne soient abordés.

Juin 1963
Naissance du mouvement nationaliste le GONG (Groupe d’Organisation Nationale de Guadeloupe).
Le mouvement indépendantiste trouve son origine au sein de la communauté estudiantine guadeloupéenne en métropole dans une époque riche en évènements internationaux : guerre d’Algérie, mouvements de décolonisation, réveil du tiers monde, révolution cubaine… .

Avril 1964
Visite officielle du Général de Gaulle.

le 22 Août 1964
Le cyclone « Cléo » fait 14 morts.

Septembre 1966
Le cyclone Inès détruisit 800 cases à Marie-Galante et fit de gros dégâts en Grande-Terre.

les 26 et 27 Mai 1967
Un rapide sondage au sein de la population métropolitaine révélerait que peu de personnes savent que se sont déroulés des évènements graves en Mai 67 (les 26 et 27 Mai 1967).
En 1967, la Guadeloupe se relève à peine du passage du cyclone Inès en Septembre 1966 (présent encore aujourd’hui dans les mémoires des anciens).
Les évènements ont commencé début Mai, par la grève des ouvriers du bâtiment pour demander une augmentation de salaire.
Les négociations qui se sont tenus depuis le début mai, n’ont pas abouti.
Une rencontre fut programmée pour le vendredi 26 mai à la chambre de commerce et d’industrie, entre le syndicat CGTG et le patronat, mené par Brizard.
Les ouvriers demandaient 2 % d’augmentation, les négociations échouèrent. Entrainant la foule massée devant la CCI à la révolte.
Des CRS arrivèrent provoquant une émeute.
Coups de crosse de fusil, jets pierres, gaz lacrymogène, bouteilles, conques de lambi sont échangés.
Les CRS tirèrent sur la foule.
L’une des premières victimes fut Jacques Nestor, militant du GONG, très populaire à Pointe-à-Pitre. D’autres manifestants tombèrent, parmi lesquels Pince-maille et Taret.
Rapidement, les affrontements s’étendirent à toute la ville.
Jusqu’à récemment, les services officiels ne faisaient état de huit morts.
Le nombre exact de morts resta longtemps secret; ce n’est qu’en 1985, que le nombre officiel de 87 morts, fut connu.
Les jours qui suivirent ces tragiques évènements, donnèrent lieu à une vague d’arrestations. Notamment parmi les militants du GONG, qui furent emprisonnés, inculpés et envoyés en métropole, pour atteinte à l’intégrité du territoire national.

le 16 Octobre 1970
Création du parc national de la Guadeloupe.
Parc national de la Guadeloupe

le 4 Novembre 1970
Atterrissage du premier Boeing 747 en Guadeloupe.

Janvier 1972
Deuxième inauguration de l’aéroport du Raizet, par Pierre Mesmer, après son agrandissement.

le 2 Décembre 1973
Création de l’UGTG (Union Générale des Travailleurs de Guadeloupe).
UGTG, le site

1976
La Soufrière gronde. 75 000 habitants de la Basse-Terre sont évacués en Grande-Terre, malgré les déclarations apaisantes d’Haroun Tazieff.

le 27 Février 1976
Première élection sénatoriale en Guadeloupe. Le Vicomte André de la Jaille sorti vainqueur de l’élection.

le 22 Mai 1976
Atterrissage du premier concorde avec à son bord le Président de la République Valéry GISCARD D’ESTAING.

Décembre 1978
Création de L’Union Pour la Libération de la Guadeloupe (UPLG). L’UPLG était l’une des plus importantes organisations indépendantistes de la Guadeloupe.

4 Janvier 1979
Sommet des chefs d’États, sous l’égide de Valéry Giscard d’Estaing, avec Helmut Schmitt, Jimmy Carter, et James Callaghan se déroulant à Saint-François dans l’hôtel du HAMAK. Le Sommet dura six jours, il avait pour but en dehors des problèmes sensibles, de détendre les relations entre Carter et Schmidt.

Aout 1979
Cyclone David endommage les plantations de la Basse-Terre.

1980
Fermeture de l’usine centrale sucrière de Darboussier implantée à Pointe à Pitre, au Carénage, depuis 1866.

1982
Création de l’Agence nationale pour l’insertion et la promotion des travailleurs d’outre-mer ou ANT. Cet organisme public français est chargé d’accompagner les migrations des résidents de l’outre-mer français, cherchant une qualification ou une insertion professionnelle ailleurs.

le 2 Mars 1982
Adoption de la loi qui érigea la région en collectivité territoriale, faisait de la Guadeloupe l’une des 26 Régions françaises.
Loi du 2 mars 1982

le 1 Janvier 1983
Parution au JO de la loi n°82-1171 du 31 Décembre 1982, sur la décentralisation imposant la création des Conseils Régionaux de Martinique, Guadeloupe, Guyane et Réunion.

le 5 Juin 1984
Le grand Maître Marcel Lollia, dit Velo, parti faire résonner le Ka dans les rues de l’Au-delà.

le 24 Juillet 1984
Les Activistes indépendantistes, Jacques Berhelot, François Casimir, Michel Uranie et Fred Pineau sont tués par les bombes qu’ils transportaient. Les deux premiers à Pointe-à-Pitre, les seconds à Basse-Terre. Ces événements se sont déroulés dans un contexte de crise sociale et économique, et dans un climat d’activisme indépendantiste.

1986-1988
« nuits bleus », période d’activisme et d’attentats sanglants, procès d’indépendantistes. Ils seront amnistiés peu après la réélection de François Mitterrand.

le 16 Septembre 1989
Le cyclone Hugo dévaste l’île.

1992
Le Pape Jean-Paul II en visite sur l’île de Gorée, déclara que les noirs africains ont été victimes d’un honteux commerce auquel ont pris part des baptisés mais qui n’ont pas vécus leur foi.

1993
Lucette Michaux-Chevry, est nommée ministre délégué à l’action humanitaire.
Lucette Michaux-Chevry

Aout 1995
La Tempête tropicale « Iris » s’abat sur la Guadeloupe.

le 4 Septembre 1995
L’ouragan « Luis » s’abat sur la Guadeloupe; St-Barth’ et St-Martin sont ravagés.

le 14 Septembre 1995
L’ouragan « Marilyn », le dernier des trois plaies; de classe 1 déclenche sur Basse-Terre de violentes pluies.

le 10 Mai 1998
Reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’Humanité.

le 1 Décembre 1999
Lucette Michaux-Chevry, Présidente du Conseil Régional de la Guadeloupe, Alfred Marie-Jeanne, Président du Conseil Régional de la Martinique et Antoine Karam, Président du Conseil Régional de la Guyane, signent à Basse-Terre,
chef-lieu du département de la Guadeloupe, La « Déclaration de BasseTerre ».
Ils proposeront au Président de la République et au Gouvernement, une modification législative voire constitutionnelle, visant à créer un statut nouveau de Région d’outremer autonome doté d’un régime fiscal et social spécial pour la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique, dans le cadre de la République Française et de l’Union Européenne (article 299-2 du Traité d’Amsterdam).

Début XXIème siècle
La Guadeloupe actuelle
Avec 30 % de chômeurs sinon plus, la Guadeloupe voit ses tensions sociales s’aggraver.
Le destin futur de l’ile, après la visite peu convaincante de Lionel Jospin dans les Antilles françaises du 27 au 30 octobre 1999, M. Lionel Jospin y fut froidement accueilli.
La « dame de fer » de la Guadeloupe s’appelle Lucette Michaux-Chevry. Ses ennuis avec le Tribunal correctionnel de Paris n’ont pas agité que les prétoires. Cette femme de pouvoir a compris qu’il y avait des talents parmi les nationalistes et qu’elle pouvait les utiliser. Misant sur le consensus, elle a réussi à séduire quelques-uns et à constituer avec eux son groupe majoritaire « Objectif Guadeloupe ».

2000
L’assemblée nationale adopte la Loi d’orientation pour l’outre-mer (LOUM) qui institue dans les DOM un « congrès » aux pouvoirs limités.

le 18 Janvier 2000
Les conseillers régionaux réunis en séance plénière approuvent la « Déclaration de Basse-Terre » par 27 voix pour et 10 voix contre et décident par une délibération d’unir leurs efforts afin de bâtir un projet de développement économique, social et culturel impliquant la prise en compte des identités propre à chaque Région et basé sur l’évidence que « la dignité procède du travail et non de l’assistanat ».

le 10 Mai 2001
Le gouvernement a adopté le texte signifiant la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crimes contre l’humanité.

le 7 Décembre 2003
Les électeurs Guadeloupéens, ont dit « non » à 72,98%, à la réforme institutionnelle soumise par référendum sur le projet de réforme institutionnelle préconisant la création d’une collectivité administrée par une assemblée unique se substituant aux départements et régions actuels.
Les deux îles de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin, ont choisi par contre, de devenir des collectivités d’outre-mer à part entière, avec un « oui » massif, respectivement 76,17% et 95,51%.

le 23 Mai 2004
Victorin Lurel est élu président de la région Guadeloupe.

2005
Référendum sur la Constitution Européenne : la Guadeloupe répond « oui » avec 58,6% (faible participation de 30%).

Février 2006
Le transport des passagers d’Air Caraïbes à destination de la Guadeloupe et des îles environnantes est désormais assuré par la compagnie Air Caraïbes Express, détenue à 80% par les salariés d’Air Caraïbes.

le 10 Février 2006
La campagne sucrière a débuta un mois plus tôt que l’année précédente.

Mars 2006
Les producteurs de bananes de la Guadeloupe et de la Martinique se sont associés dans la commercialisation de la banane antillaise en créant l’Union des producteurs de banane antillais.

Mars 2006
La filiale antillaise de Bouygues Télécom est rachetée 155 millions d’euros par le groupe Digicel, présent dans 15 pays de la Caraïbe et plus important opérateur de la zone.

Avril 2006
La Ferme de Campêche, l’une des plus grosses entreprises agricoles de Guadeloupe, a été mise en liquidation judiciaire suite à la découverte d’une bactérie qui avait conduit à l’abattage de près de 60.000 poules, puis au dépôt de bilan de la société avicole.

Mai 2006
Inauguration d’une ferme éolienne à Terre-de-Bas, permettant à l’archipel des Saintes de bénéficier d’une autonomie énergétique.

le 17 Mai 2006
Le Conseil des Ministres a approuvé le projet de loi organique relatif à l’évolution statutaire des Iles du Nord.
Le projet de loi organique traite des pouvoirs normatifs des départements et des régions d’outre-mer, de l’actualisation des statuts de Mayotte et de Saint-Pierre-et-Miquelon et de la création des collectivités d’outre-mer de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin. Le projet de loi complète les dispositions statutaires du Pj de loi organique, ratifie de nombreuses ordonnances et simplifie la législation.

le 23 Mai 2006
Le Conseil des ministres a nommé Jean-Jacques BROT, nouveau préfet de la Guadeloupe qui succède à Paul Girot de Langlade.

Juin 2006
Mise en service du 1er Boeing 777 300 ER d’Air France destiné à remplacer les Boeing 747 utilisée depuis les années 70. Achat par Air Caraïbes d’un troisième airbus A330. Acquisition par Corsair de cinq nouveaux Boeing 747-400.

Novembre 2006
L’arrivée de la course transatlantique en solitaire la Route du Rhum-la Banque Postale, avec un nouveau record et ses retombées médiatiques, a eu un impact très positif sur le secteur du tourisme.

Décembre 2006
Premier vol de la compagnie Delta Airlines sur la liaison PAP-Atlanta.
Modernisation de la flotte régionale d’Air Caraïbes avec l’acquisition d’un Embraer 175 de 78 place qui assurera notamment la liaison aérienne avec Cuba.
Réouverture du Club Méditerrané qui, désormais classé 4 tridents, devrait attirer une clientèle plus haut de gamme, européenne mais également nordaméricaine.

le 21 Février 2007
Promulgation de la loi n°2007-223 (Parution au J.O n° 45 le 22 février)
Saint-Barthelemy et Saint-Martin sont à présent des collectivités d’outre-mer (COM) détachées de la région Guadeloupe.

le 15 Juillet 2007
La loi organique créant les Collectivités d’Outre-Mer entre en vigueur pour les îles de Saint-Barthélémy et Saint-Martin.

le 17 Aout 2007
Ce vendredi, le cyclone Dean passa entre la Martinique et Sainte-Lucie, il laissa 80% des plantations bannières guadeloupéennes sinistrées et 10000 foyers privés d’électricité.

le 20 janvier 2009
Grève générale et illimitée contre la vie chère.
Regroupées sous le nom de Lyannaj kont pwofitasyon (liaison contre l’exploitation outrancière), la grève a été préparée et déclenchée par 49 collectif d’organisations dont des organisations syndicales (UGTG, CGTG, CTU, FO, CFDT), le syndicat des pêcheur, politiques avec le Parti Communiste, Combat Ouvrier, l’Alliance nationale Guadeloupe , l’UPLG et d’autres, des unions de producteurs, des transporteurs et des associations culturelles très populaires en Guadeloupe, dont les groupes Akiyo, Kamodjaka et Voukoum. » (…)

Les revendications : le relèvement des bas salaires, le gel des loyers pour une durée indéterminée et l’annulation de l’augmentation prévue en 2009, l’indemnisation des victimes professionnelles et civiles du chlordécone, le maintient et l’aménagement du foncier. Et pour la pêche, la suppression de certaines taxes et la révisions des coûts des intrants, etc … .
Mais le plus important, plus de transparence sur la formation des prix.
Il a été exigé, une diminution de 50 centimes sur les prix du carburant, une baisse du prix de l’eau, une baisse sur le prix des communications et une autre sur celui des transports.

le 2 Févriier 2009
Arrivée de Yves Jégo, secrétaire d’État à l’outre-mer pour négocier une sortie de crise.

le 9 Février 2009
Yves Jégo, secrétaire d’État à l’outre-mer quitte brusquement la Guadeloupe.
A son arrivée en France, le secrétaire d’État à l’outre-mer a déclaré :

« Je suis parti très vite parce que les Guadeloupéens exigent que j’aille très vite. ».

Il a également ajouté sur Europe 1 :

« Je dis au Guadeloupéens : Ayez confiance ! Il reste un point à régler. Je reviendrai dans les heures qui viennent. Tous ceux qui semblent s’émouvoir de mon départ sont ceux qui m’ont demandé de monter à Paris. La Guadeloupe souffre. Je reviendrai extrêmement rapidement [dans l'Île]. Je pense que c’est mieux d’être les yeux dans les yeux [à Paris] qu’au téléphone pour montrer au gouvernement toute la difficulté de la Guadeloupe ».

le 18 Février 2009
Mort du syndicaliste de la C.G.T.G, Jacques Bino. Tué par balle peu après minuit, au volant de sa voiture, à Pointe-à-Pitre, dans la cité Henri IV du quartier Chanzy; alors qu’il tentait d’éviter un barrage tenu par des jeunes.

le 19 Février 2009
Réunion entre le Président de la République, Nicolas Sarkozy et les élus de l’Outre-mer pour enrayer la crise qui touche les DOM.
Présents en tant que représentants ultra-marins pour les Antilles, Lucette michaux-Chevry (Sénatrice-maire UMP de Guadeloupe), Victorin Lurel (Président PS du Conseil régional de Guadeloupe), Alfred Almont (Député UMP de la Martinique), Alfred Marie-Jeanne (Président du Conseil régional et député indépendantiste de la Martinique), Jeanny Marc (Députée apparentée PS en Guadeloupe), … . A leur sortie de l’Elysée, leurs espoirs étaient rassurés par les propositions du Président.
TV5, en parle

le 21 Février 2009
Manifestation en France métropolitaine pour soutenir les revendications des grévistes antillais, au son des slogans « La vie est chère sous les cocotiers » ou de « Liberté, égalité, fraternité, pour qui ? ».
10.000 personnes, ont défilé à Paris, environ 400 à 500 personnes, à Toulouse et 500 personnes se sont rassemblées place Bellecour, à Lyon.
En tête du cortège Parisien, de nombreuses associations de la communauté antillaise, répondant à l’appel du collectif Continuité LKP; mais également la CGT, la CFDT, la CFTC, la FSU, Solidaires mais aussi le PS, le PCF, les Verts, le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), LO… . Ainsi que des personnalités, tel que la députée de Guyane, Christiane Taubira ou le Sénateur de l’Essonne, fondateur du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon.
France Soir, en parle

le 22 Février 2009
Obsèques du syndicaliste Jacques Boni, à Petit-Canal. Environ trois à quatre mille guadeloupéens sont venus lui rendre un dernier hommage.

le 2 Mars 2009
42ème journée de grève. Le préfet et le collectif LKP n’ont pu signer le protocole d’accord conditionnant la fin de la grève générale.

le 4 Mars 2009
Sortie de crise en Guadeloupe, un accord est signé vers 20h00, dans la salle du Port autonome de Pointe-à-Pitre, après une grève record de 44 jours de grève générale. Sur leurs 146 revendications initiales en faveur du pouvoir d’achat, le LKP et son leader, Elie Domota, sont parvenus à obtenir de sérieuses avancées.
Le résultat des négociations, est un texte dense, comptant 165 articles dont la substance passe par le prix de la baguette, par l’embauche d’enseignants, le gel des loyers ou encore l’octroi de billets d’avions à prix réduits.
En annexe, l’accord «Jacques Bino» prévoyant une augmentation de 200 euros mensuels pour les bas salaires (1,4 smic).
Le Medef et la CGPME n’ont pas apposé leur signature à la préfecture de Pointe-à-Pitre.
Le LKP n’entend pas baisser les bras, Elie Domota a appelé ses troupes « à rester mobilisées et à continuer à se battre » pour que s’étend « dans toutes les entreprises de Guadeloupe » les hausses de salaire.
Au sommet de l’État, une extension de l’accord pourrait être décidée.

le 22 Avril 2009
Lancement des états généraux de l’outre-mer en métropole, ce mercredi soir, par la ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, et le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer, Yves Jégo.
Au cœur des discussions seront débattus la vie chère, mémoire, la culture, l’identité, les inégalités, la gouvernance, etc … .
Avec en toile de fond, la refonte de la relation entre Paris et ses Département d’Outre-Mer.
Trois grands absents se font remarquer, le Président de la République, Nicolas Sarkozy, qui contrairement à ce qu’il avait annoncé, ne s’est pas rendu aux Antilles pour leur inauguration, et les mouvements contestataires, au premier rang desquels le « collectif LKP », pour la Guadeloupe et celui du « 5 février », contre la vie chère et pour l’emploi, pour la Martinique.

le Mardi 23 Juin 2009
Marie-Luce Penchard est nommée Secrétaire d’Etat chargée de l’Outre-Mer, auprès du ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer et des Collectivités territoriales.

le Vendredi 6 Novembre 2009
Le président de la République, Nicolas Sarkozy, après avoir présidé le premier Conseil interministériel de l’Outre-Mer, a annoncé un vaste plan de modernisation des Outre-Mer.
Composé de 137 mesures, ce plan est l’aboutissement des États généraux de l’Outre-Mer lancés par Nicolas Sarkozy le 19 février dernier suite à la crise qui a frappé les départements d’Outre-Mer.
Répondant aux demandes exprimées par les Ultramarins lors de cette consultation sans précédent, les décisions du premier Conseil interministériel de l’Outre-Mer s’articulent autour de 5 grands axes :

  • favoriser la concurrence pour faire baisser les prix ;
  • faciliter le développement économique endogène ;
  • rénover les relations entre la Métropole et ses Outre-Mer ;
  • développer les responsabilités locales ;
  • renforcer l’égalité des chances.

Ce plan global, qui s’adresse à l’ensemble des habitants de l’Outre-Mer mais aussi aux Ultramarins vivant en Métropole, est un tournant majeur qui vise à tisser de nouveaux liens entre la Métropole et les Outre-Mer.

le Samedi 7 Novembre 2009
Marie-Luce Penchard est nommée ministre de l’Outre-mer auprès du ministre de l’Intérieur, cinq mois après sa nomination comme secrétaire d’Etat à l’Outre-mer.

le 1 Janvier 2010
La Guadeloupe compte 403 355 habitants

le 25 Mars 2010
Daniel Maximin est nommé par arrêté interministériel, commissaire chargé de l’année des outre-mer français pour une durée de deux ans.

le 12 janvier 2011
Lancement de l’Année des Outre-mer.

le 2 Février 2011
Bernard Accoyer, Président de l’Assemblée Nationale, et Marie-Luce Penchard, Ministre chargée de l’Outre-mer, ont présidé la cérémonie d’illumination des 12 colonnes du Palais-Bourbon aux couleurs de l’année des Outre-mer.

le Mercredi 6 Avril 2011
Hommage solennelle de la Nation à Aimé Césaire, qui entre au Panthéon de la République. Une plaque dédiée à sa mémoire et à son œuvre rejoint les inscriptions à la mémoire de Louis Delgrès et de Toussaint Louverture.

le 10 Mai 2011
Le Président de la République, Nicolas Sarkozy a inauguré dans le jardin du Luxembourg, une stèle rendant hommage à la fois aux abolitionnistes mais aussi aux victimes de l’esclavage.

le 21 Mai 2011
Dixième anniversaire de la loi du 21 mai 2001, dite « Loi Taubira », reconnaissant la traite négrière et l’esclavage comme crime contre l’humanité.

Bibliographie

Sources : Centre régional de documentation pédagogique de l’académie de la  Martinique Assemblée Nationale Archives nationales Centre des Archives nationales d’outre-mer Sénat La Guadeloupe dans l’histoire: La Guadeloupe physique, économique, agricole, commerciale, financière, politique et sociale, 1492-1900 – Uruno Lara Histoire de la Guadeloupe, Volume 1 – Auguste Lacour Histoire de l’esclavage dans les colonies françaises …

Voir la page »

À l’univers entier, le dernier cri de l’innocence et du désespoir

C’est dans les plus beaux jours d’un siècle à jamais célèbre par le triomphe des Lumières et de la Philosophie, qu’une classe d’infortunés qu’on veut anéantir, se voit obligée d’élever la voix vers la postérité, pour lui faire connaître, lorsqu’elle aura disparu, son innocence et ses malheurs. Victime de quelques individus altérés de sang qui …

Voir la page »