↑ Retour à les Îles

Marie-Galante

Marie-Galante, d’une superficie de 158 km² est la plus grande des dépendances de la Guadeloupe et la troisième île française des Antilles en taille.
Elle est peuplée d’environ 5934 habitants répartis dans la campagne et sur trois communes côtières :

 

Blason Grand-Bourg de Marie-Galante_97112

Au sud-ouest, Grand Bourg (97112)

Blason Saint-Louis de Marie-Galante_97134

A l’ouest, Saint-Louis (97134)

Blason Capesterre de Marie-Galante_97140

Au sud-est, Capesterre (97140)

Grand Bourg est le chef-lieu de l’île et son port principal, rattaché à Basse-Terre.

C’est une île circulaire de 84 km de circonférence, coupée en deux parties inégales avec au nord le bloc affaissé: « les bas » et au sud le plateau soulevé: « les hauts ».

Ses principales ressources économiques proviennent essentiellement de la culture de la canne à sucre, de la pêche et depuis peu du tourisme.
A une trentaine de kilomètre de la Guadeloupe, elle offre la vision d’une vie rurale où le temps semble s’être arrêté et où l’on découvre une île typiquement antillaise.
Elle compte parmi les plus belles plages de la Guadeloupe, telles que Folle Anse, Petite Anse, l’Anse Canot…

Petit historique :

Découverte au deuxième voyage de Christophe Colomb, le 3 Novembre 1493.
Il l’appela Marie-Galante du nom de l’une des trois caravelles de son second voyage.
Il la compara pour sa forme à un sombrero espagnol.
Les Arawaks etaient les premiers habitants de l’île et l’avaient appelée Aïchi.
Ce n’est qu’en 1648 que l’île sera vraiment occupée par les colons Français.
En effet, une cinquantaine d’hommes furent installés a Vieux-Fort, ils y cultivèrent le coton, le tabac, le raisin et l’indigo.
La cohabitation entre les colons et les Caraïbes fût sanglante, en 1653 suite à un viol collectif perpétré par des colons Martiniquais dans un village de la Dominique, les Caraïbes massacrèrent tous les colons de Vieux-Fort et décorèrent la plage des tètes empalées de leurs victimes.
Cette plage porte d’ailleurs le nom sinistre de Plage du Massacre et on comprend pourquoi.
En 1655 : Les colons tentent de s’établir pour la deuxième fois. Introduction de la canne à sucre sur l’île.
En 1660 : Un Traité de paix fut établit avec les Caraïbes qui se retirèrent à la Dominique et St Vincent.
En 1664 : Marie Galante est rachetée par la Compagnie des Indes Occidentales. Création du premier moulin à sucre sur l’île.
En 1666 : L’île compte cinq moulins à sucre.
En 1674 : L’île est intégrée au domaine royal est devient officiellement une dépendance de la Guadeloupe; à cette époque l’île compte douze moulins à sucre sur l’île.
En 1675 : Les anglais attaquent l’île.
En 1676 : Les hollandaise attaquèrent l’île. Ils incendièrent maisons et cultures et enlèvèrent 700 esclaves.
En 1689 : Les anglais attaque Marie-galante et détruisent tous les moulins et les sucreries.
En 1691 : La nouvelle attaque anglaise fait environ 100 morts parmi les colons, les habitations sont brûlées et les puits comblés. L’île est évacuée et une interdiction de s’installer sur l’île est décrétée.
En 1696 : L’île est recolonisée. La population est de 492 habitants dont 191 esclaves.
En 1702 : Les anglais attaque l’île, durant la guerre de succession d’Espagne. Les derniers habitants sont évacués sur la Grande Terre.
En 1713 : L’île compte deux sucreries en fonctionnement (vingt-deux sont abandonnées), soixante indigoteries et cinq cent cinquante esclaves.
En 1738 : L’île compte cinquante quatre sucreries et deux mille cinq cent esclaves.
Les premiers moulin à vent voient le jour.
En 1751 : Les esclaves de plusieurs habitations se révoltent.
Pendant la période 1759 – 1963 : Les anglais envahissent l’île et installent une administration britannique. Marie Galante, négligée, ne profite pas de l’essor de la Guadeloupe.
En 1791 : Un « complot » d’esclaves fermente en vue d’un soulèvement général.
En 1816 : L’île devint définitivement française.
En 1818 : Début de l’essor de la production sucrière.
En 1830 : La culture du café disparaît de l’île.
En 1835 : La canne couvre 66 % des surfaces cultivées et occupe 89 % des esclaves. Marie Galante possède 17 % des sucreries de l’archipel. Sur 12000 habitants on comptait 10000 esclaves.
En 1845 : L’usine de Grande Anse voit le jour.
En 1848 : L’abolition de l’esclavage fut fêtée, pendant trois jours et trois nuits !
L’île assure le quart de la production guadeloupéenne de sucre.
En 1849 : De violents incidents ont opposés les anciens esclaves à leurs anciens maîtres.
En 1860 : Création de l’usine Roussel à Trianon.
En 1864 : Création de l’usine Desmarais à St Louis.
En 1874 : Fermeture de Trianon.
En 1878 : Fermeture de l’usine Desmarais de St Louis.
En 1880 : Début de la grande crise du sucre.
En 1894 : La misère frappe Marie Galante, déjà touchée par la crise sucrière.
En 1901 : Incendie de Grand Bourg.
En 1910 : L’île compte deux usines (Grande Anse, propriété de la famille de Retz, Capesterre) et sept distilleries agricole. Cette année, fut le redémarrage de l’économie sucrière.
En 1916 : Grève des ouvriers agricoles.
En 1918 : L’île compte dix distilleries agricoles, c’est l’essor de la production de rhum.
En 1922 : L’île possède treize distilleries, c’est la fin du boom rhumier et début du contingentement.
En 1928 : Le début de la crise du sucre et du rhum, entraîne de fortes tensions sociales.
L’année 1932 : Est une année noire, avec un mois de grève à Grande Anse puis sa destruction par un incendie.
En 1935 : L’île est paralysée par la grève des ouvriers de la canne.
En 1936 : La fusillade de St Louis fait deux morts.
En 1946 : Fermeture des usines de Pirogue et du Robert et reprise de l’usine du Robert par le Conseil Général. Une immense misère touche l’île.
En 1959 : La fermeture de l’usine du Robert et de six distilleries entraîne de violentes tensions sociales.
L’année 1961 : Annonce le début de la réforme foncière.
En 1964 : L’usine de Grande Anse est rachetée par la SOSUMAG.
Aujourd’hui : l’économie est toujours tournée vers la canne à sucre qui emploie plus de 3500 personnes, comprenant trois distilleries de rhum réputées aux Antilles: distillerie Bielle, Bellevue et Poisson.

P U B L I C I T E

Grand-Bourg

Selon l’INSEE, la population de Grand-Bourg, au 1 Janvier 2010, était de 5 530 habitants.

le Chateau Murat et L’écomusée de Marie-Galante Ancienne demeure de maître du XVIIIème, actuellement en restauration. Pirogue, lieu de la mare où en 1848 les esclaves vidèrent le stock de rhum de l’usine pour fêter leur abolition. L’écomusée des …

Voir la page »

Capesterre

Selon l’INSEE, la population de Capesterre, au 1 Janvier 2010, était de 3 381 habitants.

la Distillerie Bellevue Elle se situe au centre de la plantation , entre l’ancienne distillerie et le superbe moulin datant de 1821. Bellevue incarne aujourd’hui, l’alliance du patrimoine et de la technologie en distillation de rhum. Depuis 1921, la distillerie …

Voir la page »

Saint-Louis

Selon l’INSEE, la population de Saint-Louis, au 1 Janvier 2010, était de 2 650 habitants.

la Plage de Moustique

la Plage de l’Anse Canot

la Plage de Vieux Fort

la Gueule Grand-Goufre Une arche naturelle ciselée dans la falaise par la mer. Vue sur la Désirade.

le Hameau de Vieux Fort A voir, ses cases …

Voir la page »