↑ Retour à la Canne à Sucre

les Métiers liés à la Canne à Sucre

La culture de la canne à sucre demandait beaucoup de main-d’œuvre, de travailleurs agricoles.

Voici quelques-unes des « professions » recensées :

  • Les sarcleurs, coupeurs et amarreuses : Comme les noms l’évoquent sarclaient les champs de canne, coupaient les cannes au moment de la récolte et les amarraient par tas pour faciliter le transport jusqu’à l’usine.
  • Les ti-band’ (petites bandes) : Ils étaient constituées par les enfants qui mettaient du fumier, enlevaient les feuilles sèches des cannes, marchaient devant les bœufs pour les guider, etc.
  • Le commandeur : Il distribue les tâches, dirige, surveille et vérifie le travail dans les champs (c’était souvent un mulâtre).
  • Le géreur (souvent un béké) : C’est lui qui faisait la gestion des propriétés agricoles et qui prenait les décisions.
  • Le béké : Blanc créole propriétaire terrien, descendant des familles venues des provinces de France s’installer aux Antilles aux XVIIe et XVIIIe siècle. De nos jours, la plupart des exploitations ne sont plus la propriété des békés.
  • L’économe : Il tient les finances, contrôle et gère le budget. C’est le bras droit du géreur.
  • Pour conduire les cabrouets ou charrues à bœufs, il y avait :
  • Le guide : Un enfant (le plus souvent) qui marchait devant les bœufs pour les diriger;
  • Le conducteur : Il tenait et appuyait sur les bras de la charrue lors du labourage des champs;
  • L’aiguillonneur : Il marchait à côté des boeufs armé d’un fouet ou d’une gaule munie d’un aiguillon d’acier et qui fouettait ou piquait les bêtes pour les faire avancer. Selon la taille de l’attelage, il pouvait y avoir deux aiguillonneurs.
P U B L I C I T E