Marie-Josèphe Tasher de la Pagerie

Marie-Josèphe Tascher de la Pagerie

Marie-Josèphe Tascher de la Pagerie

Marie-Josèphe Rose Tascher de la Pagerie naquit le 23 juin 1763 aux Trois-Ilets, en Martinique.
Issue d’une famille blanche créole de planteur, elle est la fille d’un lieutenant d’infanterie de marine, Joseph-Gaspard de Tascherde la Pagerie et de Rose Claire des Vergers de Sannois. dans une famille installée aux Iles depuis un demi-siècle.

Après une jeunesse libre et oisive, Joséphine épousa le 13 Décembre 1779, le vicomte Alexandre de Beauharnais en l’église de Noisy-le-Grand.
De cette union naquirent Eugène et Hortense.

Joséphine se retire en Novembre 1783, à l’abbaye de Panthémont, rue de Grenelle, à Paris, pour y parfait son éducation mondaine.

L’entente entre les époux de Beauharnais, se dégrada. Le 3 Décembre 1785, Alexandre et Joséphine se séparèrent à l’amiable. Joséphine disposait alors de 11 000 livres de rente.

Joséphine fut introduit dans les milieux de la haute finance en Octobre 1787 par un banquier. L’année d’après, en Juin, elle parti pour la Martinique avec sa fille Hortense.

Les troubles révolutionnaires en Martinique forcèrent Joséphine à revenir précipitamment en France, en Septembre 1790. Alexandre se rallia aux idées nouvelles et devint le président de l’Assemblée. Joséphine fréquenta les amis de son mari mais également les personnages de la contre-révolution.

Le 10 Août 1792, à la chute de la monarchie, Joséphine s’arrangea pour éloigner ses enfants des atrocités.

Le Comité de Sûreté générale ordonna l’arrestation d’Alexandre, le l2 Mars 1794 et le 19 Avril 1794 fut ordonné l’arrestation de Joséphine, trop proche des milieux financiers contre-révolutionnaires. Elle rejoignit Alexandre à la Prison des Carmes où elle fut incarcérée comme Beauharnais, le 21 Avril.

Joséphine fut libérée par Tallien le 9 thermidor, alors que son mari avait été guillotiné le 23 Juillet 1794, quelques jours avant la chute de Robespierre.

Grâce à une nouvelle loi, Joséphine pu récupérer les biens séquestrés d’Alexandre, en Juin 1795.

Par l’intermédiaire de Paul Barras, l’un de ses amants, Joséphine rencontra Bonaparte. Elle épousa Napoléon Bonaparte, le 9 Mars 1796, avant la campagne d’Italie.
Rose devint alors Joséphine. Son inconduite pendant l’absence de Napoléon, lors de la campagne d’Egypte, lui fit frôler le divorce.

Installée au Palais des Tuileries en Février 1800, Joséphine s’avèra une parfaite hôtesse lors de fastueuses réceptions et plaida également les dossiers de tous les anciens émigrés.

Le 18 Mai 1804, Joséphine devint Impératrice des Français.

Couronnée impératrice le 2 Décembre 1804, elle subit la haine du clan Bonaparte.
Elle exerça néanmoins une grande influence sur Napoléon et su l’aider dans sa politique d’apaisement : restée royaliste au fond du cœur, elle n’avait jamais rompu avec son ancien milieu et pu ainsi établir un lien précieux entre l’Empereur et la noblesse d’Ancien Régime.

Incapable de donner un héritier au trône, elle du accepter le divorce le 15 Décembre 1809 mais garda son titre d’impératrice.

Grâce aux deux millions que lui versait chaque année le Trésor, elle vécu dès lors dans une demi-retraite dorée au château de la Malmaison, qu’elle avait acquis en 1799 (21 Avril).

Les Alliés aux portes de Paris, Joséphine du parti le 28 Mars 1814, pour le château de Navarre; offert par Napoléon le 11 Mars 1810.

Joséphine reçu une dernière lettre de Fontainebleau le 16 Avril 1814, avant que Napoléon fut exilé à l’île d’Elbe. Joséphine prit le parti de revenir s’installer au château de Malmaison.

Joséphine reçu la visite du Tsar Alexandre 1er, le 17 Avril 1814.

Joséphine décéda d’un refroidissement le 29 Mai 1814, suite à sa promenade avec le Tsar Alexandre 1er.

Elle est enterrée en l’église Saint-Pierre-Saint-Paul de Rueil-Malmaison.

Sources : le Musée national du château de Malmaison , le site

P U B L I C I T E