↑ Retour à Introduction

Conditions géographique

L’archipel de la Guadeloupe et l’île de la Martinique font parties des îles sous le vent. Elles sont situées dans l’arc des petites antilles, inclues dans l’arc antillais. Étreint entre l’océan Atlantique et la mer des Caraïbes.

Elles sont distantes d’environ 7000km de la France et d’en moyenne 3000km de New-York.

L’arc antillais s’est créé au cours des millénaires, par l’affrontement de la plaque des Caraïbes et de la plaque Atlantique. Cet affrontement a créé une ligne volcanique qui s’est aujourd’hui transformée en une vingtaine d’îles principales. Les îles les plus âgées sont devenues coralliennes et les plus jeunes sont encore volcaniques. La Martinique et la Guadeloupe font partie des plus jeunes.

L’activité volcanique endormie, l’archipel de la Guadeloupe et la Martinique sont néanmoins classées en zone 3, d’après le zonage sismique de la France. Cette sismicité est due à la plaque Nord-américaine, qui progresse sous la plaque caraïbe de 2 cm par an, le tout associé à une sismicité locale intra-plaque Caraïbe.

La situation géographique et climatique classe également l’arc des Petites Antilles en zone 5 cyclonique. Ce qui place la Martiniqe et la Guadeloupe, sur le passage de cyclones pouvant être extrêmement violant, comme « Hugo »en 1989.

Baignée à l’Ouest par la Mer Caraïbe et à l’Est par l’Océan Atlantique. La Martinique a une superficie est de 1128 km², la plus grande longueur est de 80 km et la plus grande largeur est de 40 km. Elle bénéficie également de 350 km de côtes idylliques.

Cela peut sembler petit, pourtant une grande diversité de paysages sont regroupés sur de courtes distances.

Situé au nord de l’île, la Montagne Pelée, la « Montagne de Feu » des Caraïbes, culmine à 1397 m. Depuis 1902, elle est sous constante surveillance.

La Pelée est liée un peu plus au sud, aux Pitons du Carbet, culminant à 1196 m; qui eux sont des volcans éteints.

La moitié nord de l’île représentant 41% de l’île, est recouverte par la forêt tropicale à la végétation luxuriante. Elle est traversée de rivières descendant des montagnes. Ses hauteurs accrochent les nuages qui déversent leurs pluies bienfaisantes sur la végétation.

Au centre La plaine du Lamentin dans le prolongement de la Baie de Fort-de-France. Zone de marécages hier, les hommes ont asséché la mangrove pour y bâtir de grandes zones industrielles, abritant aujourd’hui une activité économique développée.

Au sud au contraire, le paysage est fait de plaines et de mornes (monts) plus arides. Les nuages sont balayés par les alizés, ne laissant que peu d’opportunités de pluies. Les côtes du sud, très découpées, forment une succession de petites baies appelées « anses ». Les plages y sont très belles : sable blanc, cocotiers et une mer limpide.

La Guadeloupe forme un archipel de 1703 km², comprenant deux îles principales formant la Guadeloupe proprement dite, et six autres îles appelées dépendances: l’archipel des Saintes avec Terre-de-Haut et Terre-de-Bas, Marie-Galante, Désirade, Saint-Martin et Saint-Barthélemy.

Les dimensions du papillons sont en diagonales, de 70 km, de la pointe de la Grande Vigie à Vieux-Fort et de 65 km, de la Grande Anse à la Pointe des Châteaux. En longueur, de Pointe Mahaut à la ville du Moule la distance est de 40 km et la plus petite largeur est de 5 km d’une extrémité à l’autre de « la rivière salée ».

Papillon géant posé sur la mer bleue des Caraïbes, la Guadeloupe offre environ 70 km de plages de sable fin.

Le relief varie, entre les douceurs arrondies de la Grande Terre (590 km²) et les massifs de Basse Terre (848 km²), dont le point culminant est le volcan de la soufrière (1467 m).

La Grande-Terre est composée à l’Ouest, d’une plaine rongée par la mangrove et au Sud-Ouest, d’une succession irrégulière de mornes, appelée les grands fonds. Le Nord de l’île est un plateau aride, dentelée de côtes sauvages. C’est sur le littoral sud de Grande terre, que l’on trouve les plus belles plages, à l’abri des récifs coralliens.

Ces deux ailes de papillon, posées sur l’eau, sont séparées par un mince bras de mer, « la Rivière Salée », bordée d’une mangrove d’une demi-dizaine de kilomètres de long, alimentée par le Grand et le Petit Cul-de-Sac Marin.

La Basse Terre avec son relief montagneux, est le domaine de la forêt tropicale, avec ses arbres colossaux et ses fougères arborescentes.

Le parc national de la Guadeloupe protège ce poumon de verdure. Grâce à ses pistes balisées (les »traces »), on découvre dans un écrin de verdure les chutes d’eau et les sources bouillonnantes, qui donnent toute la signification au surnom de l’île « l’ile aux belles eaux ».

La Basse Terre est également le cadre idyllique des baies sauvages (anses) comme l’anse Nogent et La Perle, et des petits villages de pêcheurs, comme Deshaies et Vieux-fort. Sur la côte Ouest de la Basse-Terre, à Bouillante, la réserve Cousteau s’étend de la Pointe Mahault à la Pointe Lézarde. Elle permet d’admirer toutes les variétés de la faune marine des caraïbes.