↑ Retour à Bâtiments privés

les Maisons des villes

A la fin du XVIIème siècle, aux Antilles apparaissent les premiers bourgs, sur les côtes au point de mouillage des bateaux.
Leurs constructions reprennent les trois types architecturaux, la case, la Grand’Case et la maison de maître.
Au XVIIIème siècle, la ville de Saint-Pierre, en Martinique, présente un habitat caractéristique participant à sa renommée.

« bâtie en pierres de taille, avec des maisons à plusieurs étages garnies de balcons, de fenêtres à latte de bois, de chiens assis sur les toits de tuiles rouges, surmontant des murs peints en ocre jaune avec des volets gris bleu. C’était la plus jolie, la plus amusante des toutes les villes des Antilles. »
Lafcadio HEARN, fin du l9è » siècle.

Tirées au cordeau les rues de Fort-de-France et de Pointe à Pitre présentent tout au long de grandes maisons en bois à un ou deux étages.
Les catastrophes naturelles et domestiques (tremblements de terre, incendies…) en ont modifié leurs structures; encadré par des arrêtés municipaux. En exemple, suite au grand incendie qui a ravagea Fort de France en 1890, un arrêté municipal règlementa le type de construction dans l’enceinte de la ville. Les charpentes en fer sont préconisées, le rez de chaussée doit être construit en maçonnerie avec un ou deux étages en bois ou en maçonnerie. Les bâtiments publics constituent des exemples très représentatifs de cette nouvelle architecture métallique : la bibliothèque Schoelcher et la Cathédrale.

La relative modestie des parcelles utilisables des centres-villes impose la construction en hauteur, toutefois limitée, à la fois par les moyens financiers et par l’état du sol.
Un couloir latéral mène à une cour intérieure, parfois plantée d’ arbres utilitaires, où se trouvent les annexes réservées aux activités domestiques: la cuisine, la buanderie, le débarras, et même parfois un poulailler.
Le rang social des propriétaires sont signés par les détails d’architecture des maisons : escaliers aux balustres de pierres ou de bois, façades ouvragées, fenêtres persiennes, cloisons intérieures surmontées d’impostes en bois aux motifs divers, délicates frisées de bois, balcons en fer forgé…
Les éléments de décoration rivalisent d’élégance de légèreté et de maîtrise dans le travail du bois. L’invention d’une machine à sculpter le bois est à l’origine de l’engouement des antillais pour les décorations en dentelle de bois.
C’est par leurs façades sur que les maisons créoles dialogues avec l’extérieur.

En Martinique, certains bourgs ont développé une architecture originale. On peut distinguer :
Le type Carbet, date du début du XXème siècle.
Les maison sont construites en enfilade le long de la route de Saint Pierre, elles abritent leurs vies côté mer et donnent dos à la rue.
Aujourd’hui cet alignement de cases ont été fraîchement ravalées ou restaurées. Aucuns automobilistes montant à Saint-Pierre, ne se doute de l’activité qui règne de l’autre côté.
Les maisonnettes ont conservé l’organisation d’autrefois, ouvertes sur une cour et un jardin.
La galerie ouverte sur la mer, est le lieu où l’on vit, où l’on reçoit et où l’on observe le voisinage et les mouvements de la plage. Le devant de maison, est également le lieu où sont réparés les filets et préparés les futures expéditions. Toujours synonyme de convivialité et d’entraide, issue d’un temps où les liens humains faisaient face aux problèmes. Dans un monde qui s’est individualisé, la case est devenu un mode d’habitat désuet mais elles perdurent et se multiplient.
Préserver, garder en vie sont les maîtres mots pour préservé un ensemble architectural comme celui du Carbet. Les nouveaux aménagements de la voirie, le long de la route de Saint Pierre, de grands réverbères en métal rouge, des bas-côtés en béton et des bites en fer, illustrent bien de quelle façon on peut abîmer un patrimoine architectural, tel que celui-ci.
Le type Rivière Salée est représenté généralement par des maisons en bois mitoyennes avec des étages et un auvents.
Le type Saint-Esprit est symbolisé par de grandes maisons en bois à un ou deux étages, dont la façade supporte un balcon en fer forgé et un auvent.
Le type Trois-Ilets est constitué d’alignement de maisons en bois de plein pied avec un toit à quatre pans recouvert de tuiles. Certaines façades latérales sont protégées par des bardeaux ou essentes de bois.

P U B L I C I T E