↑ Retour à les Ecrivains

Gerty Dambury

A venir

Biographie

Poète, actrice dramaturge, nouvelliste et metteuse en scène… et professeur d’anglais.
Gerty Dambury est née en 1957, à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe.
Tout en s’exerçant aux pratiques théâtrales, elle a étudié l’anglais et l’arabe, à Vincennes, .
Gerty Dambury a commencé à écrire, en 1981, pour le théâtre, en créant des pièces en français et en créole; parfois bilingues.
Entre 1989 et 1991, elle occupe le poste de Conseiller pour le Livre et la Lecture et les Enseignements/Formation à la Direction Régionale des
Affaires Culturelles de la Guadeloupe, sous la direction de Daniel Maximin.
En 1992, elle obtient sa première résidence d’écriture au Festival des Francophonies en Limousin, dirigé à cette époque par Monique Blin.
Elle y fait la lecture de Lettres Indiennes qui sera publiée aux éditions Lansman et montée par Alain Timar au Théâtre des Halles.
Les résidences d’écriture et les ateliers, ont grandement favorisé l’épanouissement de son œuvre, désormais remarquée et appréciée
En 1994, sa petite pièce dramatique « Survols. In: Démocratie mosaïque 1″ fut primé au concours « Une scène pour la démocratie ».
En 1998, elle revient s’installer en région parisienne pour travailler, en parallèle, elle anime des ateliers de théâtre et d’écriture pour le compte de la Maison du Geste et de l’Image.
En 1999, Gerty Dambury publie son premier recueil de nouvelles, « Mélancolie », qui sera suivi, la même année d’un recueil de poèmes « Fureur enclose ». Les deux ouvrages sont publiés
par les éditions de La Flèche du Temps, fondées par Paule Bidoun-Pinelli qui décèdera en 2002.
La fin de cette collaboration très amicale sera le point de départ d’une assez longue période de silence.
En 2000, elle est accueillie en résidence d’écriture à la Chartreuse de Villeneuve-Lèz- Avignon où elle écrit Enfouissements, et en 2001, en
résidence à Orford, à l’invitation du CEAD, elle écrit Confusions d’Instants.
Après un semestre d’enseignement à Swarthmore College, université prestigieuse de Pennsylvanie où elle était invitée comme Visiting Professor en 2002, elle passera une année en Guadeloupe, le temps de monter « Confusions d’Instants » pour le Festival des Abymes.
En 2003, Elle revient à Paris afin de reprendre des études théâtrales à l’université Paris X –Nanterre.
En 2006, Gerty Dambury publie « Camille et Justine » aux éditions Rivarticollections, maison d’édition installée à New York. Elle signe son premier véritable retour à l’idée de publication, mis à part quelques poèmes publiés
dans des revues comme « La Traductière » (Paris) ou « Osiris 62″ (Old Deerfield, Massachusetts)
Parallèlement à l’écriture, Gerty Dambury est enseignante d’anglais en lycée.
En juillet 2007,  elle publie « Trames », qu’elle montra par la suite avec la pièce « Verre Cassé », d’Alain Mabanckou, texte dont elle signe l’adaptation à la demande de Christiane Falgayrettes-Leveau, directrice du Musée Dapper.
En 2008, Gerty Dambury séjourna en résidence d’écrivain, avec la Galerie Canopy, galerie d’art contemporain installée dans un quartier populaire du 18ème arrondissement, pour y terminer l’écriture de « S’il faut y croire », texte qui vient signer son retour à Paris.

Bibliographie

« Dialogue »,
nouvelle poétique,
Bouquet de voix pour Guy Tirolien.
Ed Jasor, 1988.

Rassemblement,
poésie,
Ed Revue Noire, 1993.

Survols. In: Démocratie mosaïque 1,
Carnières-Morvanwelz,
Ed Lansman, 1996.

Ruptures, nouvelles,
Ed de L’Hexagone, 1998.

Mélancolie,
[onze] nouvelles,
Ed La Flèche du Temps, 1999.

Fureur enclose,
Poésie,
Ed La Flèche du Temps, 1999.

Sérénade à Poinsettia.

« Charme » et « Seule. » Boutures 2.1,
2001/2002.

Robert Radford,
court essai sur le peintre,
Préface d’Aimé Césaire.
Ed Fragments, 2001.

Les Rétifs
Roman
Ed du Manguier, 2012.

P U B L I C I T E