«

»

Mar 15

Imprimer ce Article

ERRATUM – Littérature – Séna – À l’encre des femmes

livreLe 31 Mars, le Séna se tiendra au :

Bar la Colonie

128, rue Lafayette

Métro : Gare du Nord
Attention : l’horaire change également : RV à 15h (au lieu de 16h)

⇒ Les littératures de la Caraïbe ne parlent-elles pas différemment des femmes ?

Énergiques, dynamiques, souvent indépendantes, en relation avec le rôle qu’elles ont toujours occupé dans nos sociétés.
Elles sont dans le même temps souvent fantasmées. Leur corps, en particulier.
Cependant, un parcours des figures de femmes à travers les périodes, nous laisse apercevoir un changement dans ce regard, surtout depuis que les femmes parlent d’elles-mêmes et que les écrivaines tracent des portraits très différents des femmes contemporaines.

Comme toujours, les participants naviguerons dans les littératures d’auteurs anglophones, francophones, hispanophones et créolophones puisque le roman et le théâtre en créole semblent bien prendre leur envol.

Avec :
Firmine Richard
Martine Maximin
Migail Montlouis
Marina Monmirel
Gerty Dambury
Christian Julien
Jalil Leclaire
Maroussia Pourpoint
TiMalo

⇒ On attend en général du “public” qu’il écoute sans commenter, regarde sans parler, et on l’y prépare de toutes les manières possibles.

Mais lorsqu’il s’agit de son quotidien, de sa vie dans la ville, il ne peut être simple spectateur. Il a le droit à la parole.

Séna, mot créole, fait référence au nom que donnaient les hommes de la Guadeloupe à des rencontres informelles qu’ils organisaient sur la place principale de leur ville ou de leur bourg. Ils s’y rencontraient pour discuter sport, politique, vie sociale locale, événements internationaux etc. Rien n’était officiel là-dedans, tout était informel, ils se contentaient de dire à leur famille : « An kay o Séna » ( Je vais au Séna)

En reprenant le modèle de cette figure sociale, Gerty Dambury a vu là l’occasion de créer un espace scénique dans lequel tous auraient la parole, autour d’un thème changeant d’une soirée à l’autre, en y ajoutant un plus : la présence de comédiens disant des textes tirés des littératures de la Caraïbe et celle d’un MC, maître de cérémonie distribuant la parole.

Dans cet espace, le public vient à la rencontre d’artistes – comédiens, musiciens, chanteurs – qui se servent de leurs divers talents pour évoquer un thème de discussion commun à tous. La parole est libre, dans le respect du travail des artistes.

Deux heures d’échange (suivis d’un repas caribéen) attirent un public important depuis 5 ans ! C’est aussi l’occasion de redonner aux genres littéraires la place qu’ils occupaient autrefois dans l’espace commun et de découvrir ou retrouver des textes. Pamphlet, anecdote, légende, farce, mélodrame, utopie…sont de la partie !

Dix-neuf « Séna » ont déjà eu lieu, essentiellement au Musée Dapper (Paris), à Anis Gras-Le lieu de l’Autre (Arcueil) ainsi qu’à la Clef (Saint Germain en Laye).

Les thèmes alors explorés ont été ceux de l’univers de la canne à sucre, des nouvelles écritures de la Caraïbe, de la poésie, du marronnage, de l’humour, de la cuisine…

Déroulement d’un Séna

Les artistes ont travaillé ensemble, durant plusieurs rencontres, pour choisir des textes en relation avec le thème choisi, et définir un fil conducteur.

Le jour dit, dans un lieu convivial où les comédiens sont mêlés au public, autour des tables, une chanteuse ou le MC, lance la parole : un comédien propose un premier texte. A la fin, l’échange s’installe entre le/les comédiens et la salle. Au moment favorable, survient un autre texte, suivi d’un autre échange…

Ainsi durant plus de 2h, public et artistes font dialoguer textes, expériences sensibles, mémoire, etc… La soirée se termine par un dernier moment d’échange, de rencontre culturelle et de convivialité autour d’un verre….

Lien Permanent pour cet article : http://ordesiles.com/2018/03/litterature-sena-a-lencre-des-femmes-2/