«

»

Oct 08

Imprimer ce Article

Quota – Notre interview au journal La Setmana

lasetmana

Nous avons été interviewé par le journal occitan La Setmana au sujet de notre action en faveur de l’intégration d’un quota pour les musiques en langues régionales, dans le quota de musiques francophones.

Voici, l’interview réalisée, avec les réponses en français et en occitan.

Lengas regionaus : Pas nada plaça tà las lengas nostas sus las ondas

Lo deputat de Guadalope, Victorin Lurel, acompanhat d’un detzenat de parlamentaris que hasón ua perpausicion d’esmendament entà balhar ua representacion de las cantas en lengas regionaus sus las ondas francesas. Lo President de l’associacion L’Or des Îles, Guillaume Delenclos que reageish a la supression de l’article 45 per la Comission especiau deu Senat abans la revision deu projècte de lei relatiu a l’Egalitat e a la Ciutadanetat, lo 4 d’octobre.

En octobre de 2015, l’associacion L’Or des îles, qui òbra a la promocion culturau de las Antilhas, Martinica e Guadalope, qu’a lançat ua campanha jos lo títol « Reconeishença e Egalitat tà las musicas d’Otramar – Diversitat de la musica francesa » dab lo CRAN (Conselh representatiu de las associacions negras de França) tà perpausar un quòta dens lo quòta (deus 40 % de la musica francesa). Que demandan la medisha visibilitat tà las musicas d’Otra-mar que taus artistas « francés ». Lo President de l’Or des Îles que reagí a l’esmendament perpausat peus parlamentaris e a la soa supression per la comission especiau deu Senat.

La SetmanaÇò que pensatz d’aqueste esmendament ?

Guillaume Delenclos

Je pense que l’amendement sur le quota de musique en langues régionales est une réelle chance pour la diversité culturelle française. Il a été supprimé au Sénat, mais le travail que nous menons ensemble, L’Or ds Îles et le CRAN, a pour but de faire qu’il soit réinscrit à l’ordre du jour et qu’il soit adopté lors de son second passage à l’Assemblée. Il permettra, à mon sens, de dynamiser le secteur musical français en incitant les médias à faire un travail de recherche et d’écoute de nouveaux artistes, ce qui bousculera un peu leurs habitudes paresseuses.

Que pensi que l’esmendament suu quòta de musica en lengas regionaus ei ua vertadèra escadença tà la diversitat culturau francesa. Qu’ei estat suprimit peu Senat, mes lo tribalh que miam amassa, L’Or des Îles e lo CRAN, a per tòca de har que sia tornat inscríver a l’òrdi deu dia e que sia adoptat au moment deu son dusau passatge a l’Assemblada. Que permeterà, au men avís, de dinamizar lo sector musicau francés en incitar los mèdias a har un tribalh de recèrca e d’escotar navèths artistas, çò qui honharé un drin las lors acostumas peressosas.

LSE pensatz que totas las ràdios acceptarén de difusar un quòta de 4 % de cançons en lenga creòla, occitana, basca, còrsa… ?

GD

Il est vrai que les radios ont dû réaliser un « très léger » lobbying auprès des sénateurs qui n’ont fait aucun amendement à notre article, et se sont contentés de le supprimer sans vergogne, sans autre forme de procès. Cependant, il faut se rappeler qu’autrefois, elles étaient tout aussi opposée au quota minimal de 40 % de musique français. Et finalement, elles ont accepté cette mesure, qui n’a tué personne, et qui a peut-être contribué à sauver la musique française en lui donnant un accès privilégié en France, ce qui est bien légitime.

Vertat que las ràdios an devut realizar un lobbying « pro leugèr » au près deus senators qui n’an pas hèit nat esmendament au noste article, e qui’s son contentats de’u suprimir shens vergonha, shens auta fòrma de procès. Totun, que’s cau brembar qu’autes còps, èran tot autant opausadas au quòta minimau de 40 % de musica en francés. E fin finau, qu’an acceptat aquesta mesura, qui n’a pas tuat arrés, e qui a lhèu contribuit a sauvar la musica francesa en li balhar un accès privilegiat en França, çò qui ei legitime.

LSUns « grans » mèdias que cranhen de tradir la lor linha editoriau en acceptar d’aplicar aqueth quòta de cançons dens la lor programacion. Quau ei lo vòste sentit ?

GD

Je dirais à ces « grands » médias , courage ! osez la diversité musicale, en langues régionales.
Ces musiques vous apporteront plus de richesses et vous contribuerez à la création et la préservation de notre spécificité culturelle contre l’américanisation et l’anglicisation à tout va. Par ailleurs, elles communient aussi avec les sons actuels. Il n’y a pas que les polyphonies corses, il y a du Raffael, du rap, du jazz en langues régionales.
[Mais ces musiques ne sont guère connues des acteurs de la radio et de l’audiovisuel.]

Que diserí ad aquestes « grans mèdias » : « coratge ! Gausatz la diversitat musicau en lengas regionaus ». Aquestas musicas que’vs miaràn mei de riquessas e que contribuiratz a la creacion e la preservacion de la nosta especificitat culturau contra l’americanizacion e l’anglicizacion de la musica. Per aulhors, que comunian tanben dab los sons actuaus. N’i a pas sonque las polifonias còrsas, que i a rap e jazz en lengas regionaus.

LSQuau ei la situacion de la musica deus artistas ultramarins en França ?

GD

Je paraphrase Eric Basset, producteur et dirigeant d’Aztec Musique, la situation de la musique et des artistes ultramarins est de plus en plus compliquée. Force est de constater que depuis une quinzaine d’année le formatage des médias audiovisuels est allé grandissant, avec pour corollaire une place de plus en plus petite faite à la diversité des expressions.
Les artistes ultramarins en sont totalement victimes .
Ils ont quasiment disparu des programmations des radios et télévisions des chaînes de télévision hexagonales.
Ils ont aussi complètement disparu des programmations des festivals et des lieux de diffusion culturelle .
Il est urgent de trouver des solutions pour enrayer « cette disparition annoncée » , qui équivaudrait comme le dirait Louis-Georges Tin (le Président du CRAN), à un ethnocide.

Que parafrasi Eric Basset, productor e gavidaire d’Aztec Musique, la situacion de la musica e deus artistas ultramarins qu’ei mei anar mei complicada. Que constatam que despuish un quinzenat d’annadas lo formatatge deus mèdias audiovisuaus e creish, dab en corollari, ua plaça mei anar mei petita hèita a la diversitat de las expressions. Los artistas ultramarins que’n son totaument victimas. Qu’an quasi desapareishut de las programacions de las ràdios e de las cadenas de television exagonau. Qu’an tanben totaument desapareishut de las programacions deus hestenaus e deus lòcs de difusion culturau. Que vad urgent de trobar solucions entà enraiar aquesta « desapareishuda anonciada », qui equivaleré com ac diseré Louis-Georges Tin (President deu CRAN) a un « etnocidi ».

LSPensatz qu’un dia, las lengas regionaus auràn la lor plaça sus las ondas francesas ?

GD

Aujourd’hui notre article a été supprimé par les Sénateurs, mais nous pensons qu’il pourra être rétabli en deuxième lecture à l’Assemblée Nationale.

L’Assemblée qui l’avait déjà validé, devrait être en mesure de l’adopter définitivement, puisque c’est elle qui a le dernier mot.
Il est quand même plus que regrettable que les Sénateurs, qui ont justement pour mission de représenter les territoires et leur diversité, aient en quelque sorte trahi le mandat qui est le leur.
Il y a des langues régionales qui sont en voie de disparition, et il y a des élus des territoires, qui non seulement ne font rien pour sauver ce patrimoine, mais qui font tout pour le tuer, alors même que la mesure que nous proposons ne coûte pas 1 euro aux contribuables.
[On n’est même plus dans la non-assistance à patrimoine en danger, on est carrément, et c’est très grave, dans une véritable stratégie d’ethnocide.]

Uei lo dia, lo noste article qu’estó suprimit peus Senators, mes que pensam que poderà estar restablit en dusau lectura a l’Assemblada nacionau. L’Assemblada que l’avèva dejà validat, e que deveré estar en mesura de l’adoptar definitivament, puish qu’a lo darrèr mot. Qu’ei totun de dòu har que los Senators qui an justament per mission de representar los lors territòris e la lor diversitat, agin en quauque sòrta, tradit lo mandat qui ei lo lor. Que i a lengas regionaus qui son de cap a desaparéisher, e que i a elegits deus territòris, qui non solament ne hèn pas arren tà sauvar aqueth patrimòni mes qui hèn tot tà tuà’u, quan la mesura que perpausam non còsta pas un euro au contribuidor.

LSQu’avèvatz lançat ua peticion qui circula en linha e qui ei estada signada per nombrós artistas. E’n podetz díser mei ?

GD

[Nous avons lancé notre pétition en Octobre 2015, sous le titre de « Reconnaissance et Egalité pour les musiques des Outre-mer – Diversité de la musique française » . Nous demandons au travers de cette pétition,  la même visibilité pour les musiques des Outre-mer que pour les artistes « français ».]

Nous exigeons la stricte égalité entre tous les artistes.
Nous revendiquons :
Une nouvelle Taxonomie (méthode du classement) pour les musiques classées dans musique du monde permettant de valoriser les styles, genres et positions géographiques;
Une totale transparence dans la répartition des droits pour les artistes ultra-marins classés dans musique du monde, voir un audit public, car il pourrait y avoir des présomptions, de certaines distorsions dans la répartition de leurs droits, par l’application d’un coefficient réducteur;
Et pour terminer, nous revendiquons un quota pour les musiques des Outre-mer dans le quota de 40% de musiques françaises.
Ce quota, nous l’avons étendu dans l’intérêt général aux langues régionales car il m’apparaît important que nous soyons unis pour avancer ensemble.
Notre pétition a reçu 544 soutiens, dont ceux de nombreux artistes français de métropole et d’outre-mer.

Qu’exigim l’estricta egalitat enter tots los artistas. Que reïvindicam ua navèra taxonomia [metòde de classament, NDR] tà las musicas deu monde permetent de valorizar los estiles, genres e posicions geograficas. Que demandam ua totau transparéncia dens la reparticion deus drets taus artistas ultramarins classats dens « musica deu monde », e lhèu un audit public, pr’amor qu’i poderé aver presompcions, uas distorcions dens la reparticion deus lors drets, per l’aplicacion d’un coeficient reductor. E tà acabar, que
reïvindicam un quòta tà las musicas d’Otramar dens lo quòta de 40 % de las musicas francesas. Aqueth quòta, que l’avem estenut dens l’interès generau a las lengas regionaus pr’amor qu’apareish important que siam units tà avançar amassa. La nosta peticion qu’a recebut 544 sostiens, dont los de nombrós artistas francés de metropòli e d’Otramar.

Lien Permanent pour cet article : http://ordesiles.com/2016/10/quota-notre-interview-au-journal-la-setmana/

P U B L I C I T E