«

»

Oct 30

Imprimer ce Article

Interview Dé mó, kat pawol – le Créole et vous – Béatrice Civaton

Beatrice_CivatonLe 28 octobre 2016 se déroulait La Journée Internationale de la Langue et de la Culture Créole. Pour célébrer cette journée, L’Or des îles a souhaité donner la parole aux acteurs de la culture créole. De nombreux artistes, écrivains et réalisateurs ont été sollicités pour répondre à notre Interview Dé mó, kat pawol, spéciale « le Créole et vous ».

Pour ce dernier rendez-vous, l’artiste guadeloupéenne Béatrice Civaton, a elle aussi accepté de répondre à nos questions.

Béatrice,

Où avez vous appris le créole, et qui vous l’a appris ?

Mes parents m’ont toujours parlé créole. Je suis née en Guadeloupe mais depuis ma petite enfance j ‘ai toujours vécu en France. Le problème que j’ai est de différencier le créole martiniquais et le créole guadeloupéen, car mes parents viennent des deux îles sœurs. Cela fait près de trois ans que j’assiste à des ateliers de « matjé é palé kreyol ». Jusqu’à aujourd’hui, je découvre les trésors de notre langue…

Que représente pour vous le créole en tant que langue vivante ?

Tu as le terme exact, le créole est une langue vivante, du fait que beaucoup l’emploie couramment et spontanément, quelque soit la situation. Le créole est avant tout une histoire d’Éducation et, pour moi c’est là où est toute sa force, parce qu’elle est pour moi la langue maternelle.

Est ce que le créole est une langue vivante, qui s’adapte et vit dans son époque ?

Le créole a son jargon, son langage de rue et ses mots littéraires ou désuets, donc oui elle évolue. Maintenant, je comprends les personnes qui sont attachés au créole d’an tan lontan…

Aujourd’hui, comment voyez vous la transmission du créole ?

La transmission se fait en famille, avec les amis et les connaissances. Toutefois le fait qu’ il soit formalisé dans le cadre de l’enseignement des langues je trouve cela très honorable. Je dirai même, que le créole y a sa place.
Je dois d’ailleurs remercier mon papa qui m’a transmis le goût de la langue et, je suis d’autant plus fière qu’ il exerce passionnément son métier d’animateur télé dans notre langue maternelle sur OM5 TV. Respect Tipapa.

Pour vous, pourquoi doit on protéger et promouvoir le créole ?

Tout simplement parce qu’il nous caractérise. Nous sommes créoles avant d’être français… d’adoption ou par obligation… chacun sa façon de voir [sourire]

La mort d’une Langue, c’est la mort d’une Culture…

Pour vous que représente le mot créole ?

Le mot Créole représente pour moi, une identité. J’ai coutume à dire que le créole est né dans les champs de canne. Le créole pour moi est un code que nous nous sommes appropriés et, nous l’avons rendu Authentique, avec Amour et surtout Désir, Symbolique et Réel. Le Créole nous représente dans un phrasé majestueux et rempli d’émotion, de sensation…

Qu’est-ce que la culture créole pour vous ?

La culture créole ne se limite pas aux Dom et Tom français. La culture créole est propres aux îles, où y résident les enfants de parents étrangers noirs et blancs, nés sur ces îles, avec leurs origines diverses (Afrique, France, Inde…)

Musicalement, pensez vous que le créole puisse s’intégrer sur des partitions plus « conventionnelles » (rock, blues, techno..) ?

Quelle question… Le créole s’intègre déjà dans tous ces genres musicaux! Il suffit juste d’avoir l’oreille et de s’intéresser à de talentueux artistes qui ne passent pas forcément sur les ondes…

Pensez vous que les créolophones peuvent être une force représentative en métropole ?

Oh ! Je pense que nous le sommes déjà, au même titre que les brittophones… sinon, on n’aurait pas singé notre accent ou employé des termes qui nous sont propres, du genre « sa ka maché « . L’ouverture d’esprit se fait selon moi après la moquerie et le doudouisme…

Pour conclure cette interview, je vous laisse le mot de la fin … en créole.

Pa oubliyé matjé é palé kréyol. Sé sa nou yé : KREYOL. Lanmou Alantou sé Moun lan.

Lien Permanent pour cet article : http://ordesiles.com/2016/10/interview-de-mo-kat-pawol-le-creole-et-vous-beatrice-civaton/

P U B L I C I T E