«

»

Juin 27

Imprimer ce Article

Promotion du Patrimoine – l’Architecture Créole – Urbanisme colonial

Septième volet de notre série sur l’Architecture Créole, l’Urbanisme colonial, En Martinique et en Guadeloupe.

Le statut et les fonctions des bâtiments ont à la fois dans leurs rapports avec l’espace urbain colonial, les modèles architecturaux et la dimension des colons mêlés des influences intrinsèques et extrinsèques. Au-delà de l’exportation des modèles européens, la complexité des échanges qui s’établissent alors entre métropoles et colonies sur la durée. Dévoilent les questions urbaines, planification de villes neuves, rapport de la ville coloniale à la ville préexistante, ségrégation et souci d’hygiénisme. Mais aussi architecturales avec des modèles stylistiques et des innovations technologiques.

En Guadeloupe, l’urbanisation modérée du territoire s’est essentiellement développé le long des côtes avec deuxaires urbaines prédominantes, les communes de Pointe-à-Pitre et des Abymes au sud-Ouest de la Grande-Terre et la commune de Basse-Terre au Sud-Ouest de la Basse-Terre.
L’emplacement de la ville de Pointe-à-Pitre fut choisi par les colons en 1654, pour protéger les navires des mauvais vents. La commune s’est développée peu à peu autour du port, de quelques entrepôts et, aux alentours, de champs de canne à sucre. L’expansion de la ville fut considérablement retardé par la mangrove environnante et ses milliers de moustiques.
Vers 1759, lors de l’occupation anglaise. Les Anglais décidèrent de mener des travaux d’assainissement de grande ampleur. A cette époque, le bourg occupait le morne Renfermé qui affleurant les marais. …

—————————————–

A la différence de la Guadeloupe, en Martinique l’urbanisation modérée, s’est développée sur la zone côtière. Autour de l’exploitation agricole de la canne à sucre dans la moitié sud de l’île. Sur les terres basses aux sols profonds, à l’exception de la ville de Fort-de-France.

La zone côtière est le domaine par excellence de la grande propriété.
Caractérisé par une topographie tourmentée et par un relatif enclavement. Le Nord de la Martinique abritait sur sa côte caraïbe, jusqu’au 8 mai 1902, l’ancienne capitale de la Martinique, Saint-Pierre. L’éruption meurtrière de la Montagne Pelée raya la ville de la carte.
La zone intermédiaire du Nord Atlantique comprise entre 150 et 400 mètres d’altitude, est dominé par l’agriculture d’exportation. C’est le domaine de la petite propriété.
La zone se caractérise par une insuffisance d’équipements structurants, susceptibles de contribuer à la diversification desactivités économiques.
 …

 

Lien Permanent pour cet article : http://ordesiles.com/2014/06/promotion-du-patrimoine-larchitecture-creole-7/